28/08/2008 | communication | PDF | imprimer | 

Mastrils

Comm. GR, cercle des Cinq villages, distr. de Landquart. Habitat dispersé sur le contrefort de la chaîne de Calanda, comprenant les hameaux d'Isla, Tardisbrücke et Trätsch. 1318 Ponstrils, 1345 Bastrils. 460 hab. en 1850, 322 en 1900, 433 en 1950, 464 en 1970, 585 en 1990, 529 en 2000. Colonisation par des Romans (XIIe-XIIIe s.), des Walser (XIVe s.), puis par des Alémaniques à partir du XVe s. Au politique comme au spirituel, la localité relevait de Zizers. La communauté d'alpage avec Untervaz fut dissoute en 1554. Rachat des droits féodaux de la seigneurie de Marschlins en 1526, de ceux de l'évêché de Coire en 1568 et de ceux de l'abbaye de Pfäfers en 1577. Formation de la commune moderne en 1854. Les protestants, présents à M. depuis 1610, bâtirent une église en 1613-1614. Pendant les Troubles des Grisons, l'édifice échut aux catholiques, qui la dédièrent à Notre-Dame-de-la-Victoire. Rendue aux réformés en 1644, elle relève de Fläsch depuis 1840. L'église catholique Saint-Antoine, construite en 1686-1688, filiale de Zizers, fut érigée en paroissiale en 1727, desservie par des capucins. Important secteur forestier, peu d'industrie, un skilift. Groupe scolaire avec Landquart. En 2005, le secteur tertiaire fournissait la moitié des emplois dans la commune, le primaire une grande partie du reste.


Bibliographie
MAH GR, 7, 1948, 387-389
– M. Bundi, Zur Besiedlungs- und Wirtschaftsgeschichte Graubündens im Mittelalter, 1982
Gem. GR

Auteur(e): Adolf Collenberg / VW