27/05/2008 | communication | PDF | imprimer

Igis

Comm. GR, cercle des Cinq villages, distr. de Landquart, comprenant les fractions d'I., Landquart et Landquart Fabriken (jusqu' en 2004). Vers 840 Ovinae/Aviuns (probablement I.), 1149 Auuine, 1225 Huiuns, 1253 Yges; rom. Eigias. Nœud de communication entre la vallée du Rhin et le Prätigau, centre commercial. Troisième commune grisonne par sa population. 637 hab. en 1850 (avec Landquart), 989 en 1880, 1201 en 1900, 1792 en 1910, 2794 en 1950, 6583 en 1990, 7228 en 2000. Vestiges du Bronze et monnaies romaines à Marschlins. Colonisé au haut Moyen Age, le territoire d'I. appartint d'abord au domaine royal franc de Zizers, passé aux mains de l'évêque de Coire en 955, puis releva du château fort épiscopal de Friedau. L'abbaye de Pfäfers (vers 1260), et dans une moindre mesure, celles de Churwalden et de Saint-Lucius, ainsi que les comtes de Werdenberg (tous trois vers 1149) y possédaient des biens. Dès 1519, la commune constituait avec Marschlins et Ganda un septième de la haute juridiction des Quatre villages. Elle racheta les droits féodaux de Pfäfers en 1650 et ceux de l'évêque en 1670. Des migrants de langue allemande, notamment des Walser, s'installèrent au XIVe s., ce qui entraîna au XVe s. une germanisation importante. La construction d'un pont à péage sur la Landquart en 1509 (appelé pont de l'évêque ou pont supérieur) permit d'établir une liaison directe nord-sud vers Zizers par le moulin de Domans. L'église in Ovine, mentionnée en 841, dédiée aux saints Côme et Damien, a disparu. L'église Saint-Thomas, paroissiale dès 1440, est probablement un ancien sanctuaire royal privé. Elle appartint à Pfäfers de 998 à 1529. Un recteur y est attesté en 1337. La commune racheta les droits ecclésiastiques en 1529 et adopta la Réforme en 1532. Au XVIIIe s., le château de Marschlins abrita provisoirement le Philanthropin. Jusqu'au XVIIIe s., I. formait une communauté économique avec Zizers. Aux activités traditionnelles (viticulture, cultures fruitières, élevage; exploitation de moulins sur le Mühlbach dès le XVIe s.) vinrent s'ajouter au XIXe s. les industries de Landquart Fabriken. Un remaniement parcellaire fut effectué en 1947. En 2000, le secteur secondaire fournissait presque un tiers des emplois, les services deux tiers; près de la moitié de la population active travaillait à l'extérieur. Le centre communal "Forum im Ried" (1991) renforce la cohésion entre les fractions.


Bibliographie
MAH GR, 7, 1948, 373-387
Gem. GR
– R. Hartmann, Streifzug in Wort und Bild durch die Geschichte von Igis-Landquart, 1996

Auteur(e): Adolf Collenberg / LD