29/01/2013 | communication | PDF | imprimer | 

Sankt Peter (GR)

Ancienne comm. GR, cercle du Schanfigg, distr. de la Plessur, formant depuis la fusion en 2008 avec Pagig une partie de la comm. de S.-Pagig. Le village (1160 m) comprend deux quartiers compacts sur le versant nord de la partie médiane du Schanfigg. 1137-1139 sancto Petro. 197 hab. en 1808, 108 en 1850, 115 en 1900, 161 en 1950, 154 en 2000. L'église de la vallée du Schanfigg à S., mentionnée pour la première fois en 831, appartenait avec Laeschgas (quartier extérieur du village) au couvent de Pfäfers, qui y percevait les dîmes de trois villages. La colonisation de la région était en bonne partie achevée vers 1200. Le château fort situé près de Lavein était probablement le siège des seigneurs de S., attestés aux XIIe et XIIIe s. Communauté de voisinage, S. faisait partie de la juridiction du même nom, dont elle constituait le centre, avec l'église et la place de la landsgemeinde.

La juridiction de S. (dite aussi Ausserschanfigg) naquit de la réunion des communautés de voisinage relevant toutes de la même haute juridiction: S., Peist, Molinis, Pagig, Castiel, Lüen, Calfreisen et Maladers (jusqu'au bas Moyen Age dépendant de la cour baillivale de Coire pour la haute justice). Ces territoires de la partie médiane et extérieure de la vallée du Schanfigg, jadis de langue romanche, eurent pour seigneurs jusqu'en 1338 les Vaz, vassaux de l'évêque de Coire, puis les Werdenberg, auxquels succédèrent les Toggenbourg (la première fois en 1363). Après l'extinction de ces derniers en 1436, Hans de Cresta, amman de S., figura parmi les fondateurs de la Ligue des Dix-Juridictions. La seigneurie passa en 1437 aux Montfort, après 1471 aux Matsch, et dès 1479 à l'Autriche, à qui S. devait présenter trois candidats pour la charge d'amman. La Réforme fut introduite vers 1530. La langue romanche disparut vers 1570. Le rachat des droits seigneuriaux de l'Autriche eut lieu en 1652, celui des droits féodaux de l'évêque en 1657. Les communes de l'ancienne juridiction forment depuis 1851, avec Langwies et Arosa, le cercle du Schanfigg dans le district de la Plessur. La route de la vallée fut construite en 1875-1877, la halte de S.-Molinis sur la ligne du chemin de fer d'Arosa en 1914, le téléski en 1984. La population tirait l'essentiel de ses revenus de l'élevage et de la culture des champs (chanvre). Au début du XXIe s., une gravière et une fabrique de béton fournissaient des emplois.


Bibliographie
MAH GR, 2, 1937, 203-209
– F. Pieth, «Aus der Geschichte des Tales Schanfigg», in JHGG, 81, 1951, 97-125
Gem. GR

Auteur(e): Jürg Simonett / LA