No 3

Naville, Ernest

naissance 13.12.1816 à Chancy, décès 27.5.1909 à Genève, prot., de Genève. Fils de François Marc Louis ( -> 6). ∞ 1840 Suzanne Albertine Picot, fille de Jean, avocat et juge. Etudes de théologie à Genève (1835-1839), consacré en 1840. Professeur d'histoire de la philosophie (1844), destitué par les radicaux en 1848. Nommé professeur d'apologétique en 1860, N. démissionna l'année suivante pour protester contre l'ingérence des autorités politiques dans les affaires académiques. Auteur d'une œuvre considérable, brillant conférencier, il défendit un protestantisme conservateur, refusant par exemple le suffrage féminin. Son spiritualisme, marqué par le volontarisme de Maine de Biran, et sa philosophie des sciences trop cartésienne l'ont empêché de saisir la pensée allemande. Membre étranger de l'Institut de France, chevalier de la Légion d'honneur. Docteur honoris causa de l'université de Zurich (1890).


Fonds d'archives
– Fonds, BGE
Bibliographie
Livre du Recteur, 5, 8-9
– A. Berchtold, La Suisse romande au cap du XXe s., 1980, 54-60 (réimpr. de l'éd. de 1966)

Auteur(e): Roger Francillon