No 5

Monnier, Marc

naissance 7.12.1829 à Florence, décès 18.4.1885 à Genève, prot., de Genève. Fils de Jacques-Louis, Genevois originaire de l'Ardèche, et de Priscille Lacour. ∞ Hélène Dufour, écrivain (pseudonyme Jean des Roches), de Cartigny. De 1832 à 1864, son port d'attache est Naples où son père est hôtelier. Etudes en France, en Allemagne et à Genève. Professeur d'histoire comparée des littératures à l'université de Genève de 1864 à 1885, M., dit Marc-Monnier, laisse une Histoire générale de la littérature moderne (2 vol., 1884-1885), issue de ses cours. Ecrivain polygraphe: traducteur (Le Faust de Goethe, 1875), adaptateur (Le Roland de l'Arioste raconté en vers français, 1878, dramaturge (en particulier comédies de marionnettes), historien et essayiste (Garibaldi, 1861; Histoire du brigandage dans l'Italie méridionale, 1862; L'Italie est-elle la terre des morts?, 1860), romancier et nouvelliste (Nouvelles napolitaines, 1879; Les contes populaires en Italie, 1880). Homme de lettres doué d'une plume aisée et généreuse, vulgarisateur enthousiaste, M. est, avant tout, un ambassadeur averti de la culture italienne.


Fonds d'archives
– Fonds, BGE
Bibliographie
– S. Baridon, Marc-Monnier e l'Italia, 1942
– A. Tripet, «L'Italie de Marc et Philippe Monnier», in Cah. Vilfredo Pareto, 12, 1974, 91-105
– Francillon, Littérature, 2, 141-145

Auteur(e): Arnaud Tripet