• <b>Etienne Dumont</b><br>Portrait gravé en Angleterre vers 1829, d'après un dessin  d'Amélie Munier-Romilly (Bibliothèque de Genève).

No 2

Dumont, Etienne

naissance 18.1.1759 à Genève, décès 29.9.1829 à Milan, prot., de Genève. Fils d'Abraham-David, joaillier (décès1762), et de Louise Esther d'Illens, directrice de pensionnat. Célibataire. Etudes de théologie à l'académie de Genève. Consécration en 1783. En mars 1784, le gouvernement patricien censure le jeune prédicateur qui quitte Genève. Il est pasteur de l'Eglise française de Saint-Pétersbourg (1784-1785), puis précepteur à Londres (1786-1789). Devenu intime du comte de Shelburne, ancien ministre de tendance whig, D. bénéficie d'une sinécure à la chancellerie de l'Echiquier (Clerk of the Pells), statut qui pourrait faire de lui un agent d'influence de l'Angleterre. En France dès les débuts de la Révolution, D. entre dans l'"atelier genevois" de Mirabeau, tout en adressant des comptes rendus détaillés en Angleterre. Brièvement de retour à Genève, il est élu à l'Assemblée nationale (février 1793) après la révolution genevoise. Chargé des relations étrangères, modéré, il envoie sa démission depuis Londres (juin 1793). D. entame alors la publication en français des manuscrits souvent inédits du philosophe et publiciste Jeremy Bentham. Il traduit ou adapte ainsi Panoptique (1791), les Traités de législation civile et pénale (1802), la Théorie des peines et des récompenses (1811), la Tactique des assemblées législatives (1816), le Traité des preuves judiciaires (1823) et De l'organisation judiciaire et de la codification (1828). En économie, D. se fait le défenseur de la liberté, même s'il sera partisan en 1820 de l'assurance incendie obligatoire. Réinstallé à Genève en 1814, D. est élu au Conseil représentatif (il sera l'auteur de son règlement en 1815) où il se situe dans la tendance libérale. Il ne réussit pas à faire remplacer le Code pénal napoléonien par un code d'inspiration utilitariste. Mais, grâce à lui, Genève se dote d'une prison pénitentiaire de type panoptique (1825-1862). D. a contribué à diffuser les idées utilitaristes dans le monde entier.

<b>Etienne Dumont</b><br>Portrait gravé en Angleterre vers 1829, d'après un dessin  d'Amélie Munier-Romilly (Bibliothèque de Genève).<BR/>
Portrait gravé en Angleterre vers 1829, d'après un dessin d'Amélie Munier-Romilly (Bibliothèque de Genève).
(...)


Oeuvres
Letters containing an Account of the late Revolution in France, 1792
– J. Bénétruy, éd., Souvenirs sur Mirabeau et sur les deux premières assemblées législatives, 1951 (11823)
Fonds d'archives
– Fonds, BPUG
Bibliographie
– J. Bénétruy, L'atelier de Mirabeau, 1962
– R. Roth, La prison pénitentiaire de Genève, 1981
– H. Schneider, Schweizer Theologen im Zarenreich (1700-1917), 1994
– J.P. Selth, Firm Heart and Capacious Mind, 1997
– C. Blamires, «Etienne Dumont», in RSH, 50, 2000, 372-387

Auteur(e): Alain Zogmal