Calfreisen

Ancienne commune GR, cercle du Schanfigg, district de la Plessur, depuis 2013 partie de la commune d'Arosa avec Castiel, Langwies, Lüen, Molinis, Peist et Sankt Peter-Pagig. Village sur le versant nord du Schanfigg. 1156 Caureisene. 57 hab. en 1808, 98 en 1850, 58 en 1900, 60 en 1950, 34 en 1980, 54 en 1990, 45 en 2000. Sépulture du Bas-Empire au Calfreiser Tobel. Vers 1200, les défrichements étaient pratiquement terminés dans la partie centrale du Schanfigg. L'évêque de Coire remit ses fiefs de C. aux von Vaz, aux Werdenberg en 1338, aux Toggenbourg pour la première fois en 1363. Au château fort (mentionné en 1231) résidaient les sires de C., apparemment détenteurs de la seigneurie foncière, puis en 1386 les Unterwegen et après 1428 les Sprecher von Bernegg, d'où son nom de château de Bernegg. Communauté (Nachbarschaft) de la juridiction de Sankt Peter, C. fit partie dès 1436 de la Ligue des Dix-Juridictions. Les Montfort exercèrent la suzeraineté dès 1437, les Matsch après 1471, l'Autriche dès 1479. Les droits seigneuriaux furent rachetés en 1652 et (ceux de l'évêque) 1657. Aujourd'hui germanophone, C. était encore de langue romanche en 1570. Au spirituel, C. relève de Castiel. La route du Schanfigg (1875-1877) passe en dessous du village; la route d'accès date de 1924-1925. L'élevage du bétail et l'agriculture dominent: le secteur primaire offrait 36% des emplois en 2000. Cette petite localité n'a ni église, ni école, ni magasin, ni auberge. Améliorations foncières (1982-1993).


Bibliographie
MAH GR, 2, 1937, 182
– F. Pieth, «Aus der Geschichte des Tales Schanfigg», in JHGG, 81, 1951, 97-125

Auteur(e): Jürg Simonett / RL