28/11/2005 | communication | PDF | imprimer
No 1

Goldast, Melchior (von Haiminsfeld)

L'édition imprimée de cet article comporte une image. Commandez le DHS chez notre éditeur.

naissance 6.1.1578 à Espen (auj. comm. Bischofszell),décès 11.8.1635 à Giessen, cath. Peut-être fils de Heinrich et de Cleopha von Gonzenbach. ∞ Sophia Ottilia Jeckel, fille de Johann, patricien de Francfort-sur-le-Main. Gymnase à Memmingen (1590-1594), études de lettres, droit et théologie à Ingolstadt (1594), Altdorf (Bavière, 1595-1598, magister philosophiae) et à Genève. Peut-être licencié en droit. Dès 1599, G. fouilla les archives et la bibliothèque de Saint-Gall avec le soutien du juriste Bartholome Schobinger. Il s'appropria des ouvrages de valeur et en abîma quelques-uns, ce qui aboutit en 1605 à un procès. Devenu précepteur du baron de Hohensax, il se fixa en 1606 à Francfort, où il rédigea des expertises d'histoire et de droit pour des villes ou des princes. Il entra au service du landgrave de Hesse à Giessen dès 1632. Sa bibliothèque passa à la ville de Brême après sa mort. En 1948, Saint-Gall a racheté cinquante documents et nonante-huit lettres de Vadian. G. entretint une correspondance importante avec des savants de son temps (Virorum doctorum ad Melch. Goldastum epistolae, 1688) et laissa une œuvre considérable, notamment des éditions d'auteurs antiques, médiévaux (en moyen haut allemand) et humanistes, surtout ses Suevicarum rerum, scriptores aliquot veteres (1605) fondés sur des sources saint-galloises ainsi que ses trois volumes de Alamannicarum rerum scriptores aliquot vetusti (1606). Quoique souvent critiqué, G. est l'un des principaux auteurs de l'histoire de l'Empire et du droit allemands.


Bibliographie
Livre du Recteur, 3, 493-494
– H.-A. Koch, «Dahero ist diesem Geschichtsschreiber dieser irrthumb erwachsen», in De caputo lectoris: Wirkungen des Buches im 15. und 16. Jahrhundert, éd. W. Milde, W. Schuder, 1988
– A.A. Baade, Melchior Goldast von Haiminsfeld, 1992
– W. Wunderlich, éd., St. Gallen: Geschichte einer literarischen Kultur, 1, 1999

Auteur(e): Karl Heinz Burmeister / ME