No 3

Meili, Friedrich

Consultez cet article sur le nouveau site web du DHS (version bȇta)

naissance 2.4.1848 à Hinwil, décès 15.1.1914 à Zurich, prot., de Hettlingen. Fils de Friedrich, greffier et avocat, et d'Anna Luise Angst. ∞ 1880 Maria Bertha Morel, de Wil (SG). Gymnase à Zurich, études de droit à Zurich, Leipzig, Berlin et Iéna (doctorat en 1870). M. ouvrit en 1872 son étude d'avocat à Zurich. Privat-docent de droit international privé, de droit moderne de la circulation et de droit comparé à l'université de Zurich (1880), professeur extraordinaire (1885), puis ordinaire (1895). Il enseigna dès lors aussi le droit privé suisse et zurichois ainsi que le droit suisse des poursuites et faillites; en 1904, il se limita au droit international privé. Membre des commissions d'experts pour la rédaction du Code civil suisse et pour la révision du droit des obligations, M. collabora à des revues juridiques et présida la cour de cassation zurichoise (1905-1912). Dès 1907, il fut membre du tribunal arbitral de l'Office central des transports internationaux par chemins de fer, à Berne, plusieurs fois délégué du Conseil fédéral aux conférences de La Haye pour le droit international privé et, en 1910, à la conférence internationale sur le trafic aérien, à Paris. M. fut un pionnier du droit des télécommunications et de la responsabilité civile en matière de circulation routière et de navigation aérienne. Parmi ses quelque 150 publications figurent des expertises juridiques sur des cas extra-européens relatifs à la circulation, à l'activité industrielle et aux marques de fabrique, domaines encore rarement abordés par les juristes. Il rédigea aussi plusieurs précis et manuels de droit international axés sur la pratique, qui ne lui valurent toutefois pas de reconnaissance. Ses efforts (expertise et projet de loi) pour la création d'un institut fédéral de droit ne furent pas soutenus par la Société suisse des juristes. M. engagea dans son étude la première juriste d'Europe, Emilie Kempin-Spyri, comme collaboratrice, mais, en tant que doyen de la faculté de sciences politiques, il ne lui donna pas l'autorisation de faire une thèse d'habilitation.


Bibliographie
– M. Runge, Friedrich Meili (1848-1914), thèse Zurich, 1978
– M. Delfosse, Emilie Kempin-Spyri (1853-1901), 1994, 67-77

Auteur(e): Bruno Schmid / UG