Wiesendangen

Comm. ZH, distr. de Winterthour, au nord-est de Winterthour, comprenant le village de W., les localités d'Attikon, Wallikon, Menzengrüt et Buch, ainsi que, depuis 2014, Bertschikon. 804 Wisuntwangas. Env. 402 hab. en 1634, 612 en 1792, 833 en 1850, 957 en 1900, 1379 en 1950, 3051 en 1980, 4029 en 2000.

A proximité de la route romaine Oberwinterthur-Pfyn, on a découvert des vestiges d'établissements des IIe et IIIe s. apr. J.-C. Les biens que l'abbaye de Saint-Gall possédait à W. dès 804 furent saisis vraisemblablement par les Nellenburg au XIe/XIIe s. La tour d'habitation de W., bâtie au début du XIIe s., passa aux Kibourg. Elle fut le siège de ministériaux kibourgeois et habsbourgeois, qui se firent appeler von W. ou von Frauenfeld (dont ils étaient les baillis). La tour (auj. musée local) se trouvait en 1408 déjà en mains paysannes. Bien que domaine noble, le domaine et l'église de W. échurent au XIIe s. au chapitre cathédral de Constance et au XIIIe à l'abbaye de Petershausen. La mayorie (Meieramt) demeura un fief de l'évêque de Constance, qui fut remis aux seigneurs de Hegi, tandis que les droits de basse justice furent concédés comme fief d'Empire à des familles nobles, ainsi en 1472 à Jakob von Hohenlandenberg. Son fils Ulrich, héritier de la seigneurie de Hegi, réunit en 1493 la mayorie et la basse juridiction de W. Cette dernière passa en 1587, avec la seigneurie de Hegi, à la ville de Zurich, qui incorpora W. au bailliage (Obervogtei) de Hegi (jusqu'en 1798). La haute justice échut avec le comté de Kyburg à Zurich, une première fois en 1424, définitivement en 1452; jusqu'en 1798, la localité appartint au bailliage (Landvogtei) de Kyburg. Une organisation villageoise est attestée dans le noyau de W. en 1490 déjà, contrairement aux quartiers extérieurs.

L'église Sainte-Croix relevait en 1155 (première mention) du chapitre cathédral de Constance et dès 1200 environ de l'abbaye de Petershausen; celle-ci vendit l'église et les droits de patronage à la ville de Zurich en 1580. Vers 1275, W. était le siège d'un décanat. L'église fut rebâtie entre 1490 et 1515. Les peintures murales gothiques tardives du chœur, exécutées peu avant 1500, sont une donation des Hohenlandenberg de Hegi; elles sont communément attribuées au peintre Hans Haggenberg. L'église catholique Saint-Etienne fut consacrée en 1981.

La commune naquit en 1798 dans les limites de la paroisse et fut rattachée au district de Winterthour. Les communes civiles (Zivilgemeinden) d'Attikon, Wallikon, Menzengrüt et Buch, formées au début du XIXe s., furent liquidées en 1928; celle de W. subsista jusqu'en 2008. Au XXe s. encore, l'agriculture prédominait dans toute la commune, la céréaliculture et la viticulture complétant la production herbagère, majoritaire. Seul Attikon se trouvait sur la route Winterthour-Frauenfeld, aménagée dès 1832. La gare de W., en dehors du village, fut inaugurée en 1855, la halte d'Attikon en 1907. La bonification des marais (1915-1917 et 1924-1925) mit fin au système traditionnel d'assainissement par des fossés (Ehfurtgräben). Avant la Deuxième Guerre mondiale, les nouvelles constructions se concentrèrent sur la Steinegg, près de la gare, puis le village se développa et intégra l'agglomération de Winterthour. Le centre de W., traversé par le cours d'eau local, est un village-rue bien conservé. La construction de l'autoroute A1 remonte aux années 1970 (proche de la sortie d'Oberwinterthur, échangeur de l'A7 près d'Attikon).


Bibliographie
– H. Kläui, K. Mietlich, Geschichte der Gemeinde Wiesendangen, 1970
MAH ZH, 8, 1986, 287-333
– H.P. Treichler, Wiesendangen, 2004
– P. Niederhäuser, S. Schäfer, «Heilig-Kreuz-Kirche W.», in Ein feiner Fürst in einer rauen Zeit, éd. P. Niederhäuser, 2011, 175-180

Auteur(e): Ueli Müller / LMD