Soazza

Comm. GR, cercle de Mesocco, distr. de la Moesa, située sur la rive droite de la Moesa. 1203 Soaza, ancien nom all. Sowaz. 427 hab. en 1650, 311 en 1802, 315 en 1850, 339 en 1900, 348 en 1950, 359 en 2000. En 1480, S. entra de son propre chef, avec Mesocco, dans la Ligue grise. Il relevait du vicariat de Mesocco et faisait partie de la circonscription administrative du milieu (squadra di mezzo) de la haute juridiction (comun grande) de Mesolcina. Située sur un promontoire, l'église paroissiale Saint-Martin (citée dès 1219, agrandie de 1626 à 1639 et restaurée en 1957) est accessible grâce à un escalier qui part de la chapelle Notre-Dame-des-Douleurs (édifiée en 1751). Dans le village, l'église Saint-Roch, mentionnée en 1530, fut reconstruite en 1633 et rénovée en 1937. Au-dessus de S. se trouve l'hospice, bâti dans la première moitié du XVIe s., qui accueillit les capucins de 1636 à 1922 (fresques de Francesco Antonio Giorgioli). Le chemin de la vallée de la Forcola, qui relie S. à Menarola (Chiavenna), fut utilisé par les muletiers pour le transport du sel, de la soie et des étoffes jusqu'au début du XIXe s. Les principales activités furent pendant des siècles l'agriculture et l'élevage du petit bétail (encore pratiquées au début du XXIe s.). Autrefois, le manque de ressources força les habitants à émigrer massivement (ramoneurs, vitriers, peintres en bâtiment) et à trouver des activités complémentaires, notamment la fabrication de récipients en pierre ollaire.


Bibliographie
– C. Santi, Comune di Soazza, 1990
– P. Mantovani, I laveggiai di Soazza, 1992
– P. Mantovani, Le donne di Soazza raccontano, 2003

Auteur(e): Cesare Santi / AMC