Luxeuil

Comm. française, dép. Haute-Saône. Sans doute les eaux thermales, connues bien avant les Romains, sont-elles à l'origine de L., où saint Colomban vint s'installer et créa, vers 570 ou 591, un monastère qui se développa très vite. Un moine de L., Ragnachaire, fut évêque de Bâle au début du VIIe s. C'est également à cette époque que Walbert (ou Waldebert), abbé de L. (629-670), créa l'abbaye de Moutier-Grandval, dans le Jura, grâce au duc d'Alsace Gundoin. Le défrichement du lieu fut confié à Fridoaldus, ancien moine de L. Une fois le terrain prêt, Walbert choisit comme premier abbé Germain, originaire de Trèves, venu se réfugier dans les Vosges. Ce dernier développa son abbaye grâce aux moines de L., jusqu'à son assassinat en 675.


Bibliographie
– G. Moyse, «Le Jura septentrional dans la perspective du monachisme occidental avant l'an mille», in Actes SJE, 1984, 9-38
HS, III/1, 283-288

Auteur(e): Jean Courtieu