06/06/2011 | communication | PDF | imprimer

Samnaun

Comm. GR, cercle de Ramosch, distr. de l'Inn, et vallée latérale la plus en aval de la Basse-Engadine (versant gauche), regroupant les cinq fractions de Compatsch, Laret, Plan (Plaun), Ravaisch et S., étagées entre 1700 et 1840 m. 1220 Samaium, rom. Samignun. 387 hab. en 1835, 313 en 1850, 357 en 1900, 424 en 1950, 743 en 2000 (dont 94% parlaient l'all. et 1% le rom.). S. était une vallée retirée vouée à l'économie alpestre que les gens de Tschlin et de Ramosch exploitaient via des cols de haute altitude. Des fermes, citées en 1220, avaient été cédées au couvent de Marienberg par les seigneurs de Tarasp au XIIe s. Une communauté se développa progressivement, demeurant néanmoins dépendante de Ramosch sur les plans politique et spirituel jusqu'à l'époque moderne. Le climat relativement doux et l'isolement conduisirent à une large autarcie économique (cultures céréalières jusqu'à plus de 1800 m, culture maraîchère, élevage). Dès 1530 environ, il y avait des réformés à S. Des capucins s'y installèrent après 1622. L'église paroissiale de Compatsch servait aux deux confessions en 1651. La recatholicisation complète de la vallée s'effectua depuis le Tyrol aux XVIIIe et XIXe s. Elle s'accompagna d'une germanisation (dialecte tyrolien de la vallée supérieure de l'Inn). S. appartint à la juridiction de Ramosch jusqu'en 1851. Un chemin carrossable menant à la vallée de l'Inn par Spiss (A) ne fut aménagé qu'en 1830. S. fut déclaré zone franche en 1892. Reliée à Vinadi par une route construite en 1912 sur territoire suisse, la commune conserva son statut de zone franche (encore confirmé par une commission du Conseil national en 2002). S. tire profit depuis 1970 environ d'un important tourisme d'achat (spiritueux, produits cosmétiques, tabac, carburants) et prélève depuis 1973 une taxe spéciale sur les marchandises en franchise douanière pour financer ses infrastructures. L'ouverture de la vallée au tourisme date des années 1930; S. doit sa renommée aux possibilités de randonnées pédestres et de sports d'hiver. Les téléphériques et remontées mécaniques (dès 1978) furent à l'origine d'un vif essor. En 2004, S. offrait plus de 2500 lits (majorité des emplois dans le tertiaire). S. et la station autrichienne d'Ischgl possèdent le domaine skiable de Silvretta-Arena, le plus vaste des Alpes orientales.


Bibliographie
– A.S. Jenal, Samnaun, 1998
– K. Jenal-Ruffner, Die Orts- und Flurnamen der Gemeinde Samnaun, 2002
– S. Jenal, Die "Samnauner Zwerge", 2004

Auteur(e): Paul Eugen Grimm / AN