No 1

Glayre, Pierre-Maurice

naissance 25.7.1743 à Romainmôtier, décès 26.3.1819 à Lausanne, prot., de Lausanne, Romainmôtier et Arnex-sur-Orbe. Fils de Pierre-Claude, pasteur à Romainmôtier, et de Jeanne-Françoise Tissot. ∞ 1787 Marie-Bartholomée de Crousaz, fille de Jean Louis, colonel au service de Hollande. Etudes à l'académie de Lausanne. Dès 1764, G. est le secrétaire particulier et le conseiller personnel de Stanislas Poniatowski, dernier roi de Pologne, qui le charge de missions diplomatiques à Saint-Pétersbourg, Vienne, Berlin et Paris (1788). Début d'une carrière maçonnique. En 1771, la Diète polonaise lui octroie l'indigénat polonais. De retour dans le Pays de Vaud en 1787, G. est à nouveau envoyé en mission à Paris par le roi de Pologne en 1788. Il prend part au banquet des Jordils à Lausanne (1791), participe à la révolution vaudoise, proposant au Conseil de Lausanne de réclamer la convocation des Etats de Vaud (1797). En 1798, il est président de l'Assemblée provisoire du Pays de Vaud, membre de la Chambre administrative, préfet du canton du Léman et membre du Directoire helvétique, dont il devient président le 10 janvier 1799. Il démissionne en mai pour raisons de santé. Envoyé par Frédéric-César de La Harpe, G. défend la neutralité suisse à Paris en juillet 1799. Membre de la Commission exécutive (Affaires étrangères) et du Conseil exécutif (1800). Président de la commission chargée des relations entre les délégués vaudois à la Consulta et leurs mandataires (1802), membre de la commission d'organisation du canton de Vaud chargée de mettre en vigueur l'acte de Médiation (1803). Député au Grand Conseil vaudois (1803-1813). Grand maître du Grand Orient national helvétique romand (1810).


Fonds d'archives
– Fonds, ACV
Bibliographie
– E. Mottaz, éd., Stanislas Poniatowski et Maurice Glayre, Correspondance relative aux partages de la Pologne, 1897
– A. Hofmann, «Pierre-Maurice Glayre (1743-1819), des Lumières polonaises à l'engagement en faveur de la République», in Contribution à une nouvelle approche des Lumières helvétiques, 2000, 529-546

Auteur(e): Anne Hofmann