No 2

Blarer, Ambrosius

naissance 4/12.4.1492 à Constance, décès 6.12.1564 à Winterthour, de Constance. Fils d'Augustin, membre du Conseil, et de Katharina, née Mässlin. Frère de Thomas, humaniste et bourgmestre de Constance. Moine à l'abbaye bénédictine d'Alpirsbach dans la Forêt-Noire, B. s'immatricula en 1505 à l'université de Tübingen, où il obtint le baccalauréat ès arts en 1511 et la maîtrise en 1512. De retour au couvent, il fut lecteur, vicaire de la paroisse d'Alpirsbach et en 1521 prieur du couvent qu'il quitta en 1522. Pendant ses études, il s'était lié d'amitié avec Melanchthon. A partir de 1523, il entretint des contacts avec Zwingli à Zurich, Œcolampade à Bâle et Bucer à Strasbourg. Il prêcha dès 1525 à l'église paroissiale réformée Saint-Etienne à Constance. En 1527, il participa à la dispute de Baden et devint un réformateur actif tant par ses écrits que par ses sermons, en Allemagne du Sud et en Thurgovie. En 1528, il se distancia des thèses de Zwingli sur la sainte cène. Plus tard, il s'opposa aussi aux luthériens stricts et se retrouva isolé. Après la prise de Constance par les troupes des Habsbourg en 1548, il s'exila en Suisse. Pasteur à Bienne (1551-1559) puis suffragant à Leutmerken jusqu'en 1563, il s'abstint dès lors d'intervenir dans les affaires religieuses, malgré une intense correspondance avec Bullinger, Calvin et Farel. Il dut quitter sa paroisse de Leutmerken sous la pression des cantons catholiques et mourut solitaire à Winterthour. Comme réformateur, B. s'est efforcé de mettre sur pied des institutions ecclésiastiques et d'organiser le culte. On a de lui vingt-cinq cantiques, dont Wie's Gott gefallt, so gfallt's mir auch, considéré comme le plus ancien de l'Eglise réformée suisse. B. a exercé une forte influence sur la théologie et sur la piété protestante en Suisse et en Allemagne du Sud.


Bibliographie
– B. Moeller, éd., Der Konstanzer Reformator Ambrosius Blarer 1492-1564, 1964
TRE, 4, 711-714

Auteur(e): Verena Baumer-Müller / TF