Felsberg

Comm. GR, cercle de Trin, distr. d'Imboden, dans l'étroit fond de vallée au nord du Rhin entre Coire et Domat/Ems. Vers 840 in villa Fagonio, d'où Favugn en rhéto-romanche; 1290 all. veltsperch. 482 hab. en 1850, 647 en 1900, 939 en 1950, 1369 en 1980, 1772 en 1990, 2029 en 2000.

Les vestiges néolithiques trouvés dans les abris sous roche de Kessi et de Tgilväderlis attestent une occupation du site vers 2000 av. J.-C. Trouvailles isolées de l'âge du Bronze (épée, poignard avec manche coulé). Céramique de Hallstatt (VIIe s. av. J.-C.). Le château de F., abandonné au XVe s., fut sans doute construit par les seigneurs de Frauenberg, qui exercèrent les droits seigneuriaux pour le compte de l'abbaye de Reichenau jusqu'au début du XIVe s.; les dernières pierres de l'édifice furent utilisées au XIXe s. pour construire une digue et une école communale. Les droits seigneuriaux et le château passèrent aux comtes de Werdenberg-Sargans vers 1315, puis à Ulrich II Brun de Rhäzüns en 1368. Par la suite, l'histoire politique de F. se confond avec celle de la seigneurie de Rhäzuns. Acquis à la Réforme dès 1535 et tôt germanisé, à la différence des autres localités dépendant du tribunal de Rhäzüns, F. fut intégré au cercle de Trin lors de la réorganisation administrative de 1851. L'église est mentionnée en 1305; le nom de son patron, saint Thomas, en 1481; Says faisait partie de la paroisse jusqu'en 1526. Le temple actuel est une reconstruction gothique tardive du début du XVIe s. A la suite d'éboulements survenus entre 1832 et 1850, une grande partie du village fut mise à l'abri de la zone dangereuse et déplacée vers l'est (Neu-F./Neudorf). De petits gisements d'or furent exploités au Calanda au début du XIXe s. et utilisés pour frapper quelque cent doublons grisons. En 1832, F. acheta l'alpe Tambo à Splügen. La culture de la vigne, abandonnée en 1910, fut reprise en 1973. Entre 1796 et 1817, F. posséda une fabrique d'indiennes. De 1817 à 1910, la fonderie Theus coula plus de 220 cloches, dont celles du carillon de l'église Saint-Martin de Coire. Un atelier de facture d'orgues est installé à F. depuis 1898. Jusqu'au XIXe s., les habitants de F., outre l'agriculture, pratiquaient le flottage du bois et des marchandises sur le Rhin jusqu'à Rheineck. La population active comprenait à la fin du XXe s. environ 70% de navetteurs travaillant surtout à Coire et à l'usine d'Ems-Chemie.


Bibliographie
MAH GR, 3, 1940, 38-42
– A. Schneller, Felsberg, 1983
– O.P. Clavadetscher, W. Meyer, Das Burgenbuch von Graubünden, 1984

Auteur(e): Linus Bühler / UG