Arconciel (seigneurie)

Ancienne seigneurie FR, distr. de la Sarine, dite aussi seigneurie d'A.-Illens. Dans un acte de 1082, l'empereur Henri IV concéda à Conon (d'Oltigen) le castrum Arconciacum cum ipsa villa. Le château fort d'A., avec celui d'Illens qui lui appartenait, contrôlait un point de passage important. La seigneurie comprenait, outre A., Farvagny, Sales (auj. comm. Ependes), Treyvaux, Ecuvillens, Magnedens et Corpataux. Un bourg fut construit près du château d'A.: implanté dans un méandre de la Sarine, il comptait deux rangées de maisons (sondages de 1975) et prospéra aux XIIe et XIIIe s. A la mort de Guillaume de Glâne (1143), la seigneurie revint à l'époux d'Emma de Glâne, Rodolphe de Neuchâtel, qui porta le titre de sire d'A. entre 1143 et 1148, comme plus tard son fils Ulrich II (vers 1162-1191). Il ne faut pas confondre ces sires d'A. avec les ministériaux d'A. (XIIe-XIIIe s.). Après Ulrich III de Neuchâtel-A. (1182-1225), le titre et la seigneurie d'A. passèrent aux d'Aarberg-Valangin. Ulrich IV de Neuchâtel-Aarberg (1226-1276), qui avait prêté hommage pour le fief d'A. à Pierre II de Savoie en 1251, octroya au bourg d'A. une charte de franchises, sur le modèle de Fribourg, en 1271; la ville était censée concurrencer Fribourg, mais elle ne put se développer. Guillaume d'Aarberg-A. (1270-1330) vendit la seigneurie entre 1292 et 1296 à Nicolas d'Englisberg, bourgeois de Fribourg. Elle passa par héritage aux d'Oron en 1342 et de nouveau à un d'Aarberg, Pierre, en 1350. Des guerres incessantes provoquèrent le déclin du bourg et le titre de sire d'A. perdit ainsi toute signification. En 1377, le château d'A. étant en ruines, la seigneurie fut vendue par Luquette de Gruyère, veuve de Pierre d'Aarberg, à Antoine de la Tour-Châtillon, puis passa par mariage à la famille savoyarde de la Baume; Guillaume de la Baume, chambellan de Charles le Téméraire, entreprit la construction d'un nouveau château à Illens (1455-1475). Lors des guerres de Bourgogne, la seigneurie fut conquise par Berne et Fribourg (1475). Restée aux mains des Confédérés, elle fut attribuée à Fribourg et démembrée en 1484: une partie fut rattachée aux Anciennes Terres (Arconciel, Treyvaux, Ecuvillens), l'autre devint le bailliage fribourgeois d'Illens. Le bourg d'A. et son château servirent dès lors de carrière (pour la ville de Fribourg, pour les églises de Treyvaux en 1620 et d'A. en 1784). On voit encore aujourd'hui sur le site du château des vestiges du fossé, du donjon, d'une tour et de l'ouvrage d'entrée.


Bibliographie
– B. de Vevey, Châteaux et maisons fortes du canton de Fribourg, 1978, 19-27
– R. Flückiger Mittelalterliche Gründungsstädte zwischen Freiburg und Greyerz, 1984, 23-49

Auteur(e): Marianne Rolle, Ernst Tremp