• <b>Pierre Falck</b><br>Représenté en avoyer dans la <I>Danse macabre</I> de Nicolas Manuel, sur le mur du cimetière du couvent des dominicains de Berne vers 1519/1520, copie à la gouache par  Albrecht Kauw (Musée d'Histoire de Berne) © Photo Stefan Rebsamen. Kauw copia fidèlement les scènes originales de la <I>Danse macabre</I> en 1649, peu avant leur destruction complète.

No 3

Falck, Pierre

naissance vers 1468, décès 6.10.1519 de la peste au retour de son second voyage à Jérusalem, sépulture dans l'église des franciscains de Rhodes (épitaphe apposée en 1520 par Heinrich Wölfli, tombeau détruit en 1830). Fils de Bernhard, secrétaire de la ville de Fribourg. ∞ 1497 Anna von Garmiswil (décès1518), fille de Hugo, membre du Petit Conseil de Fribourg. Après avoir étudié le droit en Alsace vers 1490, peut-être auprès de Sebastian Murr à Colmar, F. commença une brillante carrière politique et militaire. En 1493, il devint notaire, accéda à la bourgeoisie et fut admis au Conseil des Deux-Cents. Il fut greffier de tribunal (1493-1505) et juge (1502-1503 et 1504). Du Conseil des Soixante (1494-1511), bailli de Villarepos (1503), avoyer de Morat (1505-1510), banneret du quartier du Bourg (1510-1511, fonction durant laquelle F., ami de Matthieu Schiner, joua en 1511 le rôle d'accusateur public dans le procès intenté à François Arsent), du Petit Conseil (1511-1516), puis bourgmestre (1511-1514) et avoyer (1516-1519). F. participa en 1499 à la guerre de Souabe en tant que banneret et secrétaire de camp des troupes fribourgeoises, à l'expédition de Chiasso en 1510 et commanda les Fribourgeois à celle de Pavie en 1512. Il joua à cette époque un rôle influent dans la Confédération, représentant Fribourg à de nombreuses réunions de la Diète dès 1510. Il participa en 1512-1513 à l'ambassade des Confédérés à Rome et Venise, et obtint des papes Jules II et Léon X l'élévation de l'église Saint-Nicolas de Fribourg au rang de collégiale. En 1513-1514, il fut ambassadeur des Confédérés à Milan. Il effectua un premier pèlerinage à Jérusalem en 1515-1516. Envoyé en ambassade à Paris en 1517, il y fut adoubé par François Ier. Le 5 mai 1519, il acquit le château et la seigneurie de Barberêche. Son second voyage à Jérusalem, qu'il entreprit en 1519 avec dix-sept autres Confédérés, nous est connu par quatre récits parallèles.

F. passe pour être le fondateur du mouvement humaniste à Fribourg. Protecteur des sciences et des arts, il entretint des contacts avec Erasme, John Watson, Johannes Langenfels, Johannes Dantsicus et Ambrogio del Mayno. En Suisse, il eut notamment pour amis Ludwig Sterner, Zwingli, Oswald Myconius, Vadian, Glaréan, qui lui dédia son Isagoge in musicen, et Nicolas Manuel, qui le représenta en avoyer dans sa "danse des morts" du couvent des dominicains de Berne. Sa bibliothèque personnelle, retrouvée au XXe s. et dont une grande partie est conservée depuis 1982 à la Bibliothèque cantonale et universitaire de Fribourg, est riche de 270 œuvres réunies en 130 volumes qui témoignent de l'immense érudition de F., à la fois encore ancré dans les valeurs médiévales et ouvert à la Renaissance italienne.

<b>Pierre Falck</b><br>Représenté en avoyer dans la <I>Danse macabre</I> de Nicolas Manuel, sur le mur du cimetière du couvent des dominicains de Berne vers 1519/1520, copie à la gouache par  Albrecht Kauw (Musée d'Histoire de Berne) © Photo Stefan Rebsamen.<BR/>Kauw copia fidèlement les scènes originales de la <I>Danse macabre</I> en 1649, peu avant leur destruction complète.<BR/>
Représenté en avoyer dans la Danse macabre de Nicolas Manuel, sur le mur du cimetière du couvent des dominicains de Berne vers 1519/1520, copie à la gouache par Albrecht Kauw (Musée d'Histoire de Berne) © Photo Stefan Rebsamen.
(...)


Fonds d'archives
– Coll. de lettres et AFam Praroman, AEF
– Fonds Girard, vol. 8, BCUF
Bibliographie
– J. Zimmermann, «Peter Falck. Ein Freiburger Staatsmann und Heerführer», in FGB, 12, 1905, 1-151
– A. Wagner, «Peter Falcks Bibliothek und humanistische Bildung», in FGB, 28, 1926, 1-221
– J. Stenzl, «Peter Falck und die Musik in Freiburg», in Revue musicale suisse, 121, 1981, 289-296
– J. Leisibach, «Le premier cercle humaniste fribourgeois: autour de Pierre Falck», in Bonae Litterae, 1996, 16-23
– E. Tremp, «Ein Freiburger "Europäer", begraben in Rhodos: Peter Falck (um 1468-1519) und sein Humanistenkreis», in Fribourg sur les chemins de l'Europe, 2000, 58-65 (avec bibliogr.)

Auteur(e): Ernst Tremp / LA