No 3

Chenaux, Pierre-Nicolas

baptême 26.2.1740 à La Tour-de-Trême, décès 4/5 mai 1781 près de Posieux, cath., de La Tour-de-Trême. Fils de Claude Joseph, riche paysan, châtelain, et de Marie Marguerite Repond. ∞ 1767 Anne Claude Guerrin, fille de Pierre. Voyage de formation à l'étranger. Aide-major des milices fribourgeoises en 1761. Riche et entreprenant, dans la Gruyère opulente de l'époque, C. se voue aux affaires (immobilier, tannerie, fromage, grains, mines, élevage muletier), mais sans succès. Déçu également dans ses ambitions militaires (on lui préfère un patricien pour le grade de major), le Gruérien réussit mieux en politique. Son franc-parler et ses virulentes critiques envers le régime patricien lui aliènent certes des sympathies, mais lui assurent une indéniable popularité, qu'accentue sa belle prestance. Acculé à la faillite en 1780, C. choisit la fuite en avant en tentant de renverser le gouvernement: c'est la "révolution Chenaux" de 1781 (soulèvement Chenaux). Son échec lui coûte la vie. Victime de la procédure infamante de damnatio memoriae prévue par la Caroline, l'homme est oublié jusqu'en 1848, date où le régime radical le réhabilite officiellement. En 1933, une statue monumentale est érigée à Bulle en l'honneur du "défenseur des libertés du peuple".


Bibliographie
– P. de Zurich, «Pierre-Nicolas Chenaux 1740-1781», in Ann. frib., 23, 1935, 34-49, 74-80, 109-128, 143-156, 171-184
– G. Andrey, «L'odyssée posthume de Pierre-Nicolas Chenaux (1781-1981)», in Hist. et légende, 1987, 59-71
– G. Andrey, «Pierre-Nicolas Chenaux, de la "damnatio memoriae" au culte du souvenir», in Ann. frib., 61/62, 1994/1997, 187-194
– G. Andrey, «Le monument Chenaux», in Cahiers du Musée gruérien, 1997, 57-70
– G. Andrey, «Les métamorphoses du héros de la liberté», in Fribourg 1798, 1998, 21-27

Auteur(e): Georges Andrey