Thusis

Comm. et cercle GR, distr. du Hinterrhein, à la sortie nord des gorges de la Viamala, au confluent du Rhin postérieur et de la Nolla, comprenant le hameau d'Übernolla depuis 1875. Centre régional. 1156 Tosana, rom. Tusaun. 542 hab. en 1629, 769 en 1850, 1281 en 1900, 1616 en 1950, 2717 en 2000. Monnaies romaines. Un grand domaine épiscopal est mentionné en 1156 dans la zone Masein-T.; les autres propriétaires fonciers étaient le couvent de Cazis, les Thumb von Neuburg et les barons de Rhäzüns. Vers 1200, le vidomne épiscopal édicta des prescriptions sur la construction et l'entretien du pont sur le Rhin entre T. et Sils. Le château fort d'Ober-Tagstein, au sud-ouest de T., n'est pas mentionné par les sources, mais pourrait remonter à la fin du XIIIe s. La souveraineté appartint aux Vaz jusqu'en 1337, puis aux Werdenberg, aux Rhäzüns et dès 1475 à l'évêque de Coire, qui fit rédiger un coutumier en 1491. Au spirituel, T. relevait de Saint-Jean de Hohenrätien. La chapelle Notre-Dame, attestée au milieu du XVe s. et reconstruite en 1491, fut érigée en paroissiale en 1505, avec pour filiales Saint-Albin à Carschenna (au-dessus de Sils) et Saint-Florin à Masein. La Réforme fut introduite en 1525. Au milieu du XVIe s., le village était déjà germanisé. Les gens de T. figurent parmi les initiateurs de l'amélioration du chemin de la Viamala (1473). La Port (société de transports) de T. et Masein gérait le trafic des marchandises sur le tronçon de la route du Splügen et du San Bernadino qui lui était attribué. Vu sa position centrale, T. abrita les tribunaux d'exception grisons de 1573 et 1618/1619. D'importantes foires et marchés hebdomadaires s'y tenaient. En 1614, on y comptait quarante artisans, quarante boutiques, vingt boulangers et douze auberges. Ce caractère quasi urbain fut renforcé par l'ouverture, dans la première moitié du XVIIe s., de la maison de commerce Rosenroll et par l'arrivée, vers 1700, de réfugiés français. Jusqu'en 1851, la communauté de T. formait avec Masein, Cazis et Tartar la juridiction de T., et avec Heinzenberg, Tschappina et Safien la haute juridiction de T. Les derniers droits épiscopaux furent rachetés en 1709. Les crues de la Nolla menacent régulièrement certaines parties de la commune; après 1800 pourtant, des aménagements permirent de gagner des terres dans la zone alluviale du Rhin et de la Nolla. La construction de la route carrossable du Splügen et du San Bernardino (1818-1823) provoqua un essor notable de la localité, interrompu par l'ouverture de la ligne du Gothard en 1882. Après l'incendie de 1845, on construisit le quartier de Neu-T. parallèlement à la Nolla (à angle droit par rapport au vieux village). La route de l'Albula et du Julier fut aménagée dans les gorges de Schin en 1868-1869, celle du Heinzenberg en 1900-1901. Le tronçon Coire-T. des Chemins de fer rhétiques fut achevé en 1896 et sa prolongation vers l'Engadine en 1903. Une première usine électrique date de 1898, l'hôpital ouvrit en 1912. Une fabrique de carbure fonctionna de 1898 à 1914. Depuis 1950, T. abrite le siège administratif des Forces motrices du Rhin postérieur. L'autoroute A13, avec le tunnel du San Bernardino (1967), a provoqué un nouvel essor du trafic. En 2000, la part de l'allemand était de 90%, celle du romanche de presque 5%.


Bibliographie
MAH GR, 3, 1940, 213-222
Heimatbuch Thusis, Viamala, 1973
– D.L. Vischer, Hist. de la protection contre les crues en Suisse, 2003, 156-161

Auteur(e): Jürg Simonett / VW