24/04/2008 | communication | PDF | imprimer

Hofstetten (ZH)

Comm. ZH, distr. de Winterthour, s'étirant du Schauenberg à la vallée de l'Eulach et comprenant, sur trois paliers, les hameaux de Huggenberg, Geretswil, H., Wenzikon et Dickbuch. 914 Pipineshovestetin, jusqu'en 2003 H. bei Elgg. Env. 90 hab. en 1467, 587 en 1850, 478 en 1900, 461 en 1950, 419 en 2000. Des actes de 754, 803/805 et 914 attestent des donations à l'abbaye de Saint-Gall. Au Schauenberg se trouvait vers 1200 un château fort en bois, remplacé dans la seconde moitié du XIIIe s. par un donjon en pierre. Siège de ministériaux de Saint-Gall (mentionnés dès 1242), reprise vers 1331 par Beringer von Hohenlandenberg, la forteresse fut démantelée par les Autrichiens et les Zurichois vers 1344. Au XIIIe s., on avait commencé à morceler le domaine saint-gallois, dont certains biens passèrent aux couvents de Magdenau, Töss, Rüti et Tänikon. Dès le début du XIVe s., la suzeraineté revint dans bien des cas aux Landenberg, en tant que seigneurs d'Elgg, puis aux Habsbourg. En 1424 et définitivement en 1452, la haute juridiction sur H. passa avec le comté de Kyburg à Zurich. La ville réussit aussi à mettre la main sur la plupart des basses juridictions, en se faisant céder en 1494 les droits sur le "Stählerner Bund" (groupement de dix domaines de H. et Schlatt). Seules les possessions des Landenberg à Huggenberg, qui relevaient de la seigneurie de Turbenthal, lui échappèrent. Les cinq hameaux faisaient partie de la paroisse d'Elgg. Jusqu'en 1928, ils formèrent chacun une commune civile (Zivilgemeinde) de la commune de H., fondée en 1798, attribuée au district d'Elgg, puis à celui de Winterthour en 1803. Un seul, Dickbuch, avait une allure de village et quelques artisans. Le chirurgien Christian Müller, venu de Saxe en 1786, ouvrit à H. un cabinet et une pharmacie. La commune n'est pas raccordée aux transports publics. Elle reste vouée à la céréaliculture (en plaine) et à l'élevage (en altitude). La concentration dans l'agriculture a réduit le nombre des exploitations. Les fermes abandonnées ont été transformées en logements. Depuis 1980, la majorité des habitants travaille à l'extérieur.


Bibliographie
MAH ZH, 7, 1986, 267-281
– J. Winiger et al., Die Burg Schauenberg bei Hofstetten, 2000

Auteur(e): Ueli Müller / PM