03/01/2015 | communication | PDF | imprimer

Vella

Ancienne comm. GR, cercle de la Lumnezia, distr. de la Surselva, ayant fusionné en 2013 avec Cumbel, Degen, Lumbrein, Morissen, Suraua, Vignogn et Vrin pour former la nouvelle comm. de Lumnezia. Elle comprenait le village de V., sur une terrasse au centre de la Lumnezia, et en contrebas l'église Saint-Vincent de Pleif, avec la cure et la maison du sacristain. Vers 840 ad sanctum Vincentium [...] in valle Leguntia, 1290-1298 ad Ville, aput Villam, all. Villa (nom officiel jusqu'en 1987). 199 hab. en 1808, 301 en 1835, 229 en 1850, 272 en 1900, 418 en 1950, 441 en 2000.

Vestiges d'habitat du Bronze final à Pleif; pièces de monnaie datant de 300 apr. J.-C. environ. L'église paroissiale mentionnée vers 843 en même temps qu'un domaine royal et considérée comme fief impérial (construction romane-gothique, transformation en 1661-1662), échut ensuite aux Guelfes, puis au chapitre cathédral de Constance vers le milieu du Xe s. En 1204, le patronage appartenait au prévôt du chapitre de Constance; l'église, qui relevait des seigneurs de Belmont au XIVe s., passa par héritage aux Sax-Misox en 1371, puis à l'évêque de Coire en 1483. La paroisse, très étendue, comprenait tout le territoire de la future haute juridiction de la Lumnezia. L'église Notre-Dame de Degen/Fraissen s'en sépara d'abord; Vals en fit autant vers 1300 en raison d'une immigration assez importante de Walser. D'autres paroisses se formèrent: Lumbrein entre 1345 et 1442, Duvin en 1526, Surcasti avec Tersnaus et Camuns en 1528, Vrin en 1597, Surcuolm en 1643, Cumbel en 1653, Vignogn en 1697, Degen avec Rumein et Vattiz en 1891, Morissen en 1907 et Peiden en 1910. Plusieurs domaines épiscopaux (Meierhöfe) apparurent à la fin du XIIIe s. Grâce à son rôle de centre ecclésiastique et à l'influence de la famille patricienne de Mont, qui fit partie de la classe dirigeante de la Lumnezia et de la Ligue grise du XVe au XIXe s., V. devint le chef-lieu de la vallée. Le tribunal de cercle y siège; la landsgemeinde s'y réunit (en alternance avec d'autres lieux). La commune abrite une école secondaire de cercle depuis 1887. Les activités de la Société des transports par câble du Val Lumnezia, dès 1970, stimulèrent la construction de logements de vacances. Alors que l'agriculture traditionnelle perd de son importance, les secteurs secondaire (construction) et tertiaire (tourisme, surtout hivernal) se développent depuis 1980. Une amélioration foncière fut menée à bien de 1977 à 2007. En 2000, 84 % de la population parlaient romanche.


Bibliographie
– H. Maurer, «Die Kirche Sankt Vincentius in Pleif und das Schicksal karolingischen Reichsgutes im Lugnez und am Vorderrhein», in Churrätisches und st. gallisches Mittelalter, 1984, 53-66
Gem. GR
– G. Caduff, Pleif, 1991

Auteur(e): Ursus Brunold / MBA