13/04/2012 | communication | PDF | imprimer | 

Lumbrein

Comm. GR, cercle de la Lumnezia, distr. de la Surselva (du Glogn jusqu'en 2000), dans la partie supérieure de la vallée du Glogn, comprenant sur la rive gauche (sur la route de Vrin) le village de L. (1405 m) ainsi que les fractions de Sogn Andriu et Nussaus, sur la rive droite celles de Surin, Pruastg et Silgin (1245 m). Molina et Curtinatsch furent abandonnés vers 1750, Farglix vers 1900. Vers 850 in villa Lamarine (selon copie du XVIe s.), 1231 de Lumarins. 529 hab. en 1850, 531 en 1900, 475 en 1930, 584 en 1950, 399 en 2000.

1 - Crestaulta près de Surin

Crestaulta est un site important de l'âge du Bronze, sur un plateau à quelque 300 m à l'ouest de Surin. Walo Burkart le découvrit en 1935 et y fit des fouilles partielles en 1935-1938, mettant en évidence trois phases de colonisation. La couche inférieure du Bronze ancien (env. 2000-1700/1600 av. J.-C.) recelait de nombreux trous de poteaux correspondant à de modestes huttes (env. 6,5 sur 4 m) avec foyers. Dans la deuxième couche, sans doute du Bronze moyen (1700/1600-1500/1400 av. J.-C.), se trouvaient des murs de pierres sèches parfois massifs, mais qui ne permettent pas de reconstituer des plans de maisons, plusieurs foyers, une petite "cave" ronde, un four de potier et des traces d'incendie. La couche supérieure du Bronze moyen (1500/1400-1300 av. J.-C.) renfermait des foyers, des pavements et les traces d'un plancher. Les fouilles ont révélé en outre de la céramique de la civilisation intra-alpine du Bronze (précédemment appelée civilisation de Crestaulta), des objets de bronze (faucilles, haches, poignards, épingles), des ustensiles en pierre et en os, des graines carbonisées, des os d'animaux et des surplus métalliques. En ce qui concerne l'appartenance culturelle et la situation topographique, on peut tirer des parallèles avec le site de Padnal (comm. Savognin). Au lieudit Cresta petschna, à 150 m de Crestaulta, Walo Burkart fouilla en 1947-1948 une petite nécropole découverte en 1947, comprenant au moins onze tombes à crémation du Bronze ancien ou moyen. Le mobilier (épingles, pendentifs, bracelets) fait penser qu'il s'agit là de tombes de femmes, vraisemblablement liées à l'habitat de Crestaulta.

Auteur(e): Jürg Rageth / AN

2 - Commune

A l'époque franque, L. était un domaine impérial. Au bas Moyen Age, des Walser et des gens du val Blenio s'installèrent sur la rive droite du Glogn et adoptèrent la langue romanche. Ils furent souvent en litige avec les autres villageois à propos de droits d'usage. Inféodé par l'évêque de Coire aux seigneurs de Belmont vers 1350, de Lumbrein après 1371 et de Sax-Misox dès 1390, L. fit partie dès 1395 de la juridiction de la Lumnezia et se racheta des droits épiscopaux en 1538. D'abord filiale de Pleif (Saint-Vincent), l'église Saint-Martin devint paroissiale entre 1345 et 1452. L'édifice actuel date de 1646. L. est une commune rurale traditionnelle, bien que le nombre des exploitations agricoles ait notablement diminué depuis les années 1950 (amélioration foncière générale 1976-2005). Le tourisme fit une timide apparition après 1970. Le rhéto-romanche était parlé par 90% de la population en 2000. La commune figure dans l'inventaire des sites construits à protéger en Suisse.

Auteur(e): Adolf Collenberg / AN

Références bibliographiques

Bibliographie