05/03/2014 | communication | PDF | imprimer | 

Valendas

Ancienne comm. GR, cercle d'Ilanz, distr. de la Surselva (distr. du Glogn jusqu'en 2000), formant depuis 2013 la nouvelle comm. de Safiental avec Versam, Safien et Tenna. Ancienne seigneurie et château, V. comprend le village homonyme, dominant la rive droite des gorges du Rhin antérieur, et plus haut les hameaux de Carrera, Brün, Dutjen et Turisch. 765 in Valendano (copie), rom. Valendau. 463 hab. en 1803, 555 en 1850, 499 en 1900, 441 en 1950, 294 en 2000. Dépôt de l'âge du Bronze. Colonisé dès le VIIIe s., V. offrait encore au Moyen Age d'importantes réserves de terrains à défricher, surtout dans la forêt royale où l'on ne trouvait que quelques essarts et fermes de paysans romans. Dans la seconde moitié du XIVe s., des Walser germanophones commencèrent à s'installer dans les zones marginales et en altitude. Le centre du village se germanisa peu à peu au XVe s. L'église Saint-Blaise est mentionnée en 1384. La Réforme fut introduite en 1523. La paroisse et la seigneurie de V. incluaient au Moyen Age la communauté de Versam (sans Sculms); la séparation intervint sur le plan ecclésiastique au XVIIe s. et sur le plan politique au début du XIXe. L'élevage et la céréaliculture étaient les principales activités. La route carrossable Bonaduz-V.-Ilanz fut aménagée en 1880-1881, les Chemins de fer rhétiques ouvrirent la station de V.-Sagogn en 1903. Une amélioration foncière fut achevée en 1985. En 2000, 98% de la population étaient germanophones, à peine 2% de langue romanche.

La seigneurie et le château fort de V. appartenaient aux seigneurs homonymes, mentionnés en 1258, qui possédaient aussi jusqu'en 1383 Tenna et contrôlaient donc l'ancienne liaison vers le Safiental par le Tenner Chrüz. Les abbayes de Pfäfers et de Churwalden avaient aussi des biens à V. Les droits de souveraineté, tenus en fief de l'évêque par les Vaz, passèrent à leur extinction aux Werdenberg, puis aux Rhäzüns en 1428. Vers 1500, on trouvait à V., outre les sujets de la seigneurie, des hommes libres, tant romans que walser. Rattachés en 1383 à la juridiction des hommes libres de Laax, ils disposaient de privilèges économiques et juridiques qui furent source d'interminables conflits de compétences après l'annexion de la seigneurie de V. à la juridiction de la Foppa (1428). A la dissolution des juridictions (1851), V. fut attribué au cercle d'Ilanz.


Bibliographie
– L. Joos, Die Herrschaft Valendas, 1916
MAH GR, 4, 1942, 122-128
Gem. GR
– P. Joos, Valendas, 2011

Auteur(e): Jürg Simonett / PM