No 5

Jung, Karl Gustav

naissance 7.9.1794 à Mannheim, décès 12.6.1864 à Bâle, cath., puis prot. (1817), de Bâle (1824). Fils de Franz Ignaz, médecin, et de Maria Josepha Ziegler. ∞ 1) Virginie de Lassaulx, 2) Elisabeth Catharina Reyenthaler, 3) Sophie Frey, fille de Johann Rudolf Frey. Etudes de médecine, doctorat à Heidelberg (1816). A Berlin, où il se spécialisait en chirurgie et ophtalmologie, J. fut incarcéré sans motif en 1819-1820, au moment de la répression contre les libéraux (dite "persécution des démagogues"). Après un séjour d'études à Paris (1821-1822), sur recommandation d'Alexandre de Humboldt, il est nommé à Bâle professeur ordinaire de chirurgie, anatomie et obstétrique (dès 1822), puis de médecine interne (1854-1864). Dans les années 1820 et 1830, J. rendit son lustre à la faculté de médecine de Bâle. La rénovation de l'hôpital des Bourgeois est due à son initiative, de même que la fondation en 1857 de l'institut pour enfants handicapés mentaux Zur Hoffnung (à Riehen dès 1905).


Bibliographie
– E. Jung, Aus den Tagebüchern meines Vaters Karl Gustav Jung, 1794-1864, [1911]
– A. Burckhardt, Geschichte der Medizinischen Fakultät zu Basel 1460-1900, 1917
– H.M. Koelbing, «Die Berufung Karl Gustav Jungs (1794-1864) nach Basel und ihre Vorgeschichte», in Gesnerus, 34, 1977, 318-330
– F. Rintelen, «Zur Persönlichkeit Karl Gustav Jungs», in Gesnerus, 39, 1982, 237-242
– H. Kurz, Carl Gustav Jung, 1994

Auteur(e): Huldrych M.F. Koelbing / PM