• <b>Johannes Gessner</b><br>Détail d'une planche des <I>Tabulae phytographicae</I>, publiées à Zurich en 1795-1804 (Zentralbibliothek Zürich). Johannes Gessner voulait rendre visible pour le grand public la classification botanique de Linné et il entreprit, en collaboration avec le peintre-graveur Christian Gottlieb Geissler, de dessiner, puis de graver près de quatre-vingts planches de plantes. La publication de ce travail n'intervint qu'après sa mort, sous la responsabilité de son petit-neveu Christoph Salomon Schinz.

No 7

Gessner, Johannes

naissance 18.3.1709 à Zurich, décès 6.5.1790 à Zurich, prot., de Zurich. Fils de Christoph, pasteur de la Kreuzkirche (Neumünster) à Zurich, et d'Esther Maag, fille de Melchior, bailli de Hegi en 1672. Frère de Johann Jakob ( -> 8). ∞ Katharina Escher vom Luchs, fille de Gerold, bailli de Regensberg en 1716. Première formation en sciences naturelles à Zurich, auprès de Johann Jakob Scheuchzer et Johannes von Muralt. G. étudia la médecine à Bâle (1726) et à Leyde (1726-1727), où il rencontra Albert de Haller, son ami jusqu'à sa mort, avec qui il poursuivit sa médecine à Paris (hiver 1727-1728), fit des mathématiques à Bâle chez Jean Bernoulli (1728) et entreprit un voyage à travers la Suisse. Docteur en médecine à Bâle (1730), il pratiqua brièvement, puis devint professeur de mathématiques (1733) et de physique (1738) au Carolinum de Zurich, succédant aux frères Johann Jakob et Johann Scheuchzer. Jusqu'à sa retraite en 1778, il joua un grand rôle dans la formation scientifique des milieux dirigeants de Zurich et de la Suisse orientale, influençant notamment Johann Kaspar Lavater, Johann Heinrich Rahn (1749-1812), Salomon Schinz, Johann Georg Sulzer et Johann Heinrich Waser (1742-1780). La Société de physique et celle des sciences naturelles qu'il fonda en 1746 et présida jusqu'à sa mort permettaient à ses élèves de discuter, dans l'esprit des Lumières, la mise en pratique des connaissances scientifiques. Spécialiste de botanique, adepte précoce de Linné, G. apporta de notables contributions aux travaux sur la flore suisse de Haller. Sa collection d'histoire naturelle attirait les amateurs à Zurich.

<b>Johannes Gessner</b><br>Détail d'une planche des <I>Tabulae phytographicae</I>, publiées à Zurich en 1795-1804 (Zentralbibliothek Zürich).<BR/>Johannes Gessner voulait rendre visible pour le grand public la classification botanique de Linné et il entreprit, en collaboration avec le peintre-graveur Christian Gottlieb Geissler, de dessiner, puis de graver près de quatre-vingts planches de plantes. La publication de ce travail n'intervint qu'après sa mort, sous la responsabilité de son petit-neveu Christoph Salomon Schinz.<BR/>
Détail d'une planche des Tabulae phytographicae, publiées à Zurich en 1795-1804 (Zentralbibliothek Zürich).
(...)


Oeuvres
Phytographia sacra, 1759-1769
– C.S. Schinz, éd., Tabulae phytographicae, 1795-1804
Bibliographie
– U. Boschung, éd., Johannes Gessners Pariser Tagebuch 1727, 1985
– U. Boschung, Johannes Gessner (1709-1790), 1996

Auteur(e): Urs Boschung / PM