No 1

Fick, Adolf

naissance 3.9.1829 à Cassel, décès 21.8.1901 à Blankenberghe (Flandre occidentale), prot., de Hesse-Cassel. Fils de Friedrich, inspecteur des travaux publics de Hesse-Cassel, et de Marianne Sponsel. Frère de Heinrich ( -> 3). ∞ Emilie von Coelln. Etudes de mathématiques à Marbourg, puis de médecine (doctorat en 1851). Assistant de Carl Ludwig à Zurich en 1852, F. rejoignit bientôt le cercle des jeunes physiologistes soucieux d'étayer entièrement leurs recherches sur les principes physiques, chimiques et mathématiques en vigueur dans les sciences naturelles. Professeur extraordinaire (1856) et ordinaire (1861) de physiologie à l'université de Zurich, professeur à l'université de Wurtzbourg (1868-1899). Il s'intéressa aux fondements de la respiration, de la résorption et de la sécrétion, ainsi qu'à de nombreux problèmes concernant la physiologie musculaire, nerveuse et sensorielle. Il démontra que l'énergie musculaire provenait des hydrates de carbone et non des protides. Il a laissé son nom à la loi de F. (sur la diffusion, 1855) et au principe de F. (détermination du volume par minute à partir de la différence de teneur en oxygène entre le sang veineux et le sang artériel, 1872).


Bibliographie
– K. Quecke, «Adolf Fick (1829-1901), Physiologe», in Lebensbilder aus Kurhessen und Waldeck, éd. I. Schnack, 4, 1950, 82-90
NDB, 5, 127-128
– R. Bezel, Der Physiologe Adolf Fick, 1979 (avec liste des œuvres)

Auteur(e): Christoph Mörgeli / LA