No 5

Fatio, Johannes

baptême 14.6.1649 à Bâle, décès 28.9.1691 (exécuté) à Bâle, prot., de Bâle. Fils de Johann Anton, marchand, et de Christina Henric Petri. ∞ 1673 Margaretha Schönauer. Immatriculation à l'université de Bâle (1662), membre de la corporation des barbiers (1672), doctorat à l'université de Valence. En 1678, l'université de Bâle lui refusa l'agrégation à la faculté de médecine et le qualifia de charlatan en 1688. F. était un chirurgien et accoucheur apprécié. Il écrivit en 1690 Helvetisch-Vernünftige Wehe-Mutter (publié à Bâle en 1752), ouvrage d'obstétrique en avance sur son temps, inspiré de l'enseignement du Français François Mauriceau et de son expérience personnelle. Lors des troubles de 1691, F. succéda fin février à son cousin Jacob Henric Petri (Jacob Petri) comme chef des comités révolutionnaires, qu'il représenta avec succès jusqu'en été. Après la scission et la répression du soulèvement, F. fut avec Johannes Müller et son beau-frère Hans Konrad Mosis condamné à mort comme meneur et décapité sur la place du Marché.


Bibliographie
– J. Gerster, Johannes Fatio, 1917
– E. Schweizer, Eine Revolution im alten Basel, 1931

Auteur(e): Susanna Burghartz / ME