30/07/2015 | communication | PDF | imprimer | 

Poschiavo (commune)

L'édition imprimée de cet article comporte des images. Commandez le DHS chez notre éditeur.

Comm. GR, cercle de P., distr. de Bernina, située, avec ses nombreux hameaux (Le Prese et San Carlo), dans une grande cuvette du haut val Poschiavo, dont elle est le chef-lieu. 824 in Postclave (selon une copie de document), 1140 de Pusclauio, ancien nom all. Puschlav. 2888 hab. en 1850, 3102 en 1900, 4034 en 1950, 3225 en 2000. P. possédait déjà au XIIe s. sa propre organisation et dépendit, comme toute la vallée, des Matsch, originaires du val Venosta (dès les XIIe-XIIIe s.), des Visconti (1350-1406), puis fit partie de la Ligue de la Maison-Dieu (depuis 1408). Les premiers statuts communaux connus datent de 1388; les habitants choisirent pour la première fois eux-mêmes leur podestat en 1542. La commune de Brusio se sépara de la haute juridiction de la vallée en 1851.

L'église baptismale de P. est mentionnée pour la première fois en 824. Saint-Victor, citée comme église mère en 1286, fut reconstruite dans un style gothique (1497-1503), puis transformée en style baroque; elle fut élevée au rang de collégiale en 1690. Brusio fit partie de la pieve de P. dès 1400 environ; il s'en détacha en 1501. La communauté réformée de P., apparue vers 1550, dut fuir les persécutions de 1623; suite à un arbitrage des III Ligues concernant la cohabitation des deux confessions (1642), les protestants purent revenir à P. et construire leur église. Un couvent d'ursulines, fondé entre 1629 et 1638, passa en 1684 aux augustins. Si une école publique protestante fut ouverte en 1824-1825, un établissement catholique (institut Menghini) vit le jour en 1830. Les écoles communales restèrent séparées selon leur confession jusqu'en 1967. La paroisse catholique dépendit du diocèse de Côme jusqu'en 1870, puis releva de celui de Coire.

Lorsque les Grisons conquirent la Valteline en 1512, P. acquit une importance stratégique et économique (commerce et transports). La perte de cette vallée en 1797 affaiblit considérablement l'économie locale, basée depuis des siècles sur l'agriculture et l'élevage. Au XIXe s., l'émigration apporta de nouvelles ressources qui permirent, dans la seconde moitié du siècle, de construire de nombreuses habitations: quartier des palazzi ou quartier espagnol, qui doit son nom aux pâtissiers et cafetiers qui avaient émigré en Espagne et au Portugal. Un modeste développement industriel eut lieu vers le milieu du XIXe s., avant l'arrivée du tourisme: P. accueillit une brasserie (1850/1852-1929) et une fabrique de tabac (av. 1840-1866). En 1913, on ouvrit un hôpital, reconstruit à San Sisto en 1927 et complètement réaménagé en 2005. L'imprimerie Landolfi (1547) fut la première des Grisons. Le Projet Poschiavo (1995-2001) et le Pôle Poschiavo qui en continue l'activité, offrent différentes opportunités sur le plan culturel et de la formation. La commune souffrit de grandes inondations en 1566, 1572, 1834 et 1987. Améliorations foncières (1962-2007).


Bibliographie
– L. Boschini, Valposchiavo, 2005
– D. Papacella, éd., Il Borgo di Poschiavo, 2009

Auteur(e): Arno Lanfranchi / AMC