05/10/2004 | communication | PDF | imprimer | 
No 1

Bleuler, Eugen

naissance 30.4.1857 à Zollikon, décès 15.7.1939 à Zollikon, prot., de Zollikon. Fils de Hans Rudolf, agriculteur et marchand, et de Pauline née B., de Zollikon. ∞ Hedwig Waser ( -> 4). Après l'école primaire à Zollikon, B. fréquenta le gymnase et l'université de Zurich, où il termina ses études de médecine en 1881. Se destinant à la psychiatrie, il se forma d'abord à Berne, où il fit son doctorat. Il entreprit ensuite des voyages d'études, à Paris auprès de Jean Martin Charcot, à Londres, à Munich auprès de Bernhard von Gudden. Brièvement assistant d'Auguste Forel à Zurich, il devint en 1886 directeur de l'asile de Rheinau, où il se familiarisa avec les lentes évolutions des maladies psychiques. Il fut nommé en 1898 successeur de Forel à la clinique psychiatrique universitaire de Zurich (Burghölzli), contre l'avis de la Faculté. Jusqu'à sa retraite en 1927, il fit la renommée de la psychiatrie zurichoise. B. fut un des premiers directeurs de clinique en Europe à s'intéresser à la méthode psychanalytique de Freud et il développa les échanges scientifiques entre Vienne et Zurich. Plutôt que de la "démence précoce" d'Emile Kraepelin, il préféra parler de schizophrénie et reprit de nombreuses idées à la psychanalyse. La schizophrénie était pour B. une maladie que l'on pouvait comprendre psychologiquement. Il lui consacra en 1911 un ouvrage qui lui valut une réputation internationale. B. fit entrer dans la psychiatrie des concepts tels que l'ambivalence ou l'autisme. Il prêtait attention avant tout au contenu de la psychose, mis en relation avec l'histoire personnelle du patient. De nombreux médecins se formèrent sous sa direction; Jung fut plusieurs années son médecin-chef. La plupart des chaires de psychiatrie en Suisse seront occupées par ses élèves (Jakob Klaesi, Hans Steck, Max Müller). La première édition de son traité de psychiatrie date de 1916. Ascète ne vivant que pour la science et les patients, B. se dépensa sans compter dans la lutte contre l'alcoolisme. Il essaya durant sa vieillesse d'apporter aux problèmes de l'âme de nouveaux éclairages.


Oeuvres
Dementia praecox oder Gruppe der Schizophrenien, 1911
Lehrbuch der Psychiatrie, 1916 (141979)
Bibliographie
– J. Klaesi, «Eugen Bleuler», in Grosse Nervenärzte, éd. K. Kolle, 1956, 7-17

Auteur(e): Christian Müller / AB