No 13

Lang, Karl Niklaus

naissance 18.2.1670 à Lucerne, décès 2.5.1741 à Lucerne, cath., de Lucerne. Fils de Johann Jakob. ∞ 1708 Maria Barbara Meyer. Etudes de philosophie et théologie à Fribourg-en-Brisgau, puis de médecine à Bologne et à Rome (doctorat en 1692), perfectionnement à Paris. L. exerça à Waldshut, Saint-Blaise (Forêt-Noire), Lucerne et Milan; médecin personnel de la duchesse Marie-Anne d'Autriche (1708). A Lucerne, il fut médecin de la ville (1709-1741), membre du Grand Conseil (1713) et bailli de Knutwil (1715-1717). Il faisait partie de plusieurs académies européennes. A part une importante étude sur la maladie résultant de la consommation de pain contaminé par l'ergot de seigle (1717), il semble s'être occupé plutôt de sciences naturelles que de recherche médicale. Son Historia lapidum figuratorum Helvetiae (1708) est le premier ouvrage d'envergure sur la minéralogie et la paléontologie publié en Suisse. Il constitua d'intéressantes collections de minéraux, fossiles et coquillages, ainsi qu'un herbier, mais demeura attaché à la pensée savante baroque, à l'opposé de son contemporain Moritz Anton Kappeler.


Fonds d'archives
– Ms., ZHBL
Bibliographie
– H. Bachmann, «Carl Nikolaus Lang Dr. phil. et med. 1670-1741», in Gfr., 51, 1896, 163-280
– J.A. Kurmann, «Die Naturforschung in Luzern im geistigen Umbruch der Aufklärung», in Gesnerus, 20, 1963, 131-152
– J. Schürmann-Roth, «Carl Niklaus Langs medizinische Schriften», in Mitteilungen der Naturforschenden Gesellschaft Luzern, 25, 1977, 179-192
– H. Wicki, Bevölkerung und Wirtschaft des Kantons Luzern im 18. Jahrhundert, 1979, 106-109
– D. Bulinsky, «Gelehrtenbriefe über Figurensteine», in JHGL, 29, 2011, 55-76

Auteur(e): Markus Lischer / AN