Muid

Ancienne unité de compte ou de transport pour divers produits, dont le nom est dérivé du latin (modius, la mesure). Pour les grains, le muid utilisé en Suisse romande n'était qu'une unité de compte. Fribourg connaissait un petit muid (307-384 l) de trois sacs, le Pays de Vaud un muid de 6 sacs (600-840 l). En 1822, le canton de Vaud fixa le muid à 13,5 hl, soit 10 sacs. En Suisse alémanique, le Mütt, équivalant à une charge qui pouvait être portée à dos d'homme, valait entre 65 et 108 l dans la zone des cultures céréalières du Plateau. Là où le Mütt était de plus grande contenance, comme en Suisse centrale (138-150 l), à Berne et à Soleure (158-168 l), dans les Grisons (165-185 l), il existait un sac plus petit pour le commerce. En Suisse orientale (à l'est de la ligne du Napf), le Mütt se divisait en quatre Viertel (Quarteron), dans les Grisons en 5½ Viertel, à Berne et à Soleure en 12 Mäss (Bichet). En 1838, lorsque entra en vigueur un concordat entre cantons alémaniques, le Mütt fut remplacé par le Malter . Dans la Suisse méridionale (Tessin, Mesolcina), le moggio, unité de compte et de transport, valait entre 135 et 239 l et se divisait en 8 staja (sing. stajo). En 1826, le Tessin utilisait le moggio de Milan de 146,2 l.

Le canton de Vaud (1822) connut aussi un muid pour les liquides, divisé en 12 setiers, alors que le Saum était l'unité répandue en Suisse alémanique. Ces mesures furent supprimées lors de l'introduction du système métrique en 1877 (Poids et mesures).


Auteur(e): Anne-Marie Dubler / LA