Surava

Ancienne commune GR, cercle de Belfort, district de l'Albula, ayant fusionné en 2015 avec Alvaneu, Alvaschein, Brienz/Brinzauls, Mon, Stierva et Tiefencastel pour former la commune d'Albula/Alvra. Village-rue sur la rive droite de l'Albula. Vers 1580 Surraguas. 89 hab. en 1725, 159 en 1850, 148 en 1900, 203 en 1950, 250 en 2000. La région fut colonisée dès le Xe s. par une population romane. La seigneurie de Belfort, dont S. dépendait, fut aux mains des Vaz jusqu'en 1338. Belfort (depuis 1436 dans la Ligue des Dix-Juridictions) passa d'abord aux Toggenbourg, aux Montfort, aux von Matsch et enfin en 1477 à l'Autriche, dont les droits furent rachetés en 1652. Il existait en outre une association de serfs de la Maison-Dieu. En 1613 fut instituée la demi-juridiction d'Ausser-Belfort (qui exista jusqu'en 1851), avec un tribunal de basse justice. Au spirituel, le village dépendait de Brienz. L'église Saint-Georges est mentionnée en 1611. Depuis 1725, S. constitue une paroisse catholique. L'élevage était prédominant à l'époque moderne, mais dès le XIXe s., de nombreuses entreprises artisanales vinrent s'établir à S., situé sur l'axe de transit menant vers l'Engadine et Davos: fabrique de biscottes (1871), carderie (1899-1912), usine à chaux (1920-1949), fabrique d'éléments de construction en béton (depuis 1961). La route de l'Albula a été construite en 1855-1858, le raccordement à la route de la Landwasser en 1870-1871. La halte des Chemins de fer rhétiques date de 1903. De 1869 à 1883, S. fit partie de la commune de Brienz/Brinzauls. La population de langue maternelle romanche a régressé (34% en 1980, 10% en 2000).


Bibliographie
MAH GR, 2, 1937, 376-378
– K. Egli, Die Landschaft Belfort im mittleren Albulatal, 1978
Gem. GR 2003, 358-359

Auteur(e): Jürg Simonett / LA