Alvaneu

Ancienne commune GR, cercle de Belfort, district de l'Albula, ayant fusionné en 2015 avec Alvaschein, Brienz/Brinzauls, Mon, Stierva, Surava et Tiefencastel pour former la commune d'Albula/Alvra. Le territoire communal comprenait le village d'A. sur une terrasse dominant la rive nord de l'Albula, la fraction d'Alvaneu Bad au fond de la vallée, le hameau d'Aclas d'Alvagni (mayens) et les alpages de Creusch et de Ramoz, ce dernier dans le vallon du Welschtobel. 1244 Aluenude, 1530 Allweneü, rom. Alvagni. 362 hab. en 1838, 354 en 1850, 382 en 1900, 475 en 1950, 403 en 2000. Pointe de lance de La Tène et monnaies romaines à Alvaneu Bad. La colonisation des Walser commença au XIIIe s.: ils vinrent s'établir sur un domaine des barons de Vaz, aux côtés de Romans installés sur les terres de l'évêque de Coire et pratiquant surtout l'élevage des ovins. A. se trouva dès lors à la limite linguistique entre l'allemand et le rhéto-romanche. En 1338, A. revint, avec la juridiction de Belfort, aux comtes de Toggenbourg. En 1436 fut confirmé le coutumier de la demi-juridiction d'A., qui resta membre de la Ligue des Dix-Juridictions jusqu'en 1850. Au sein de celle-ci, la famille Walthier d'A. joua un rôle politique prépondérant aux XVIe et XVIIe s. En 1480, la juridiction d'A. fut divisée en trois communautés: A., Schmitten et Wiesen. Acquis en 1481, le Welschtobel d'Arosa devint l'alpage à génisses de Ramoz. Des mines de plomb et de zinc furent exploitées jusque vers 1700, le minerai étant réduit à Schmelzboden, plus tard à Bellaluna. En 1799, A. fut la première commune grisonne à voter pour le rattachement à la République helvétique. Le cimetière de l'église Saint-Lucius à Schmitten était aussi celui d'A. L'église, mentionnée dès 1290, sous le vocable de saint Maurice dès 1353, fut détruite en 1460 dans l'incendie du village et reconsacrée en 1495. Les capucins de Tiefencastel, qui desservirent la paroisse de 1686 à 1890, édifièrent en 1697 un nouveau sanctuaire de style baroque. Premier établissement scolaire en 1849 (70 écoliers), nouveau bâtiment en 1955. En 1859 et en 1873, deux graves incendies détruisirent une grande partie de la localité, où les bâtiments historiques étaient nombreux. A. fut entièrement rhéto-romanche jusqu'après la Deuxième Guerre mondiale; en 1990 il l'était à 40%. Vers 1950, l'élevage, l'exploitation des forêts et la culture de quelques champs étaient presque les seules occupations. Le secteur primaire fournissait encore 21% des emplois en 1990. Le nombre restreint d'entreprises artisanales et hôtelières entraîna l'émigration de nombreux habitants à la recherche d'une activité dans ces secteurs. Deux grands centres de vacances ont été construits entre 1976 et 1982. A. détient depuis 1990 une participation dans la centrale électrique de l'Albula, qui appartient aux Forces motrices zurichoises (EWZ). A., Filisur et Schmitten ont construit une station d'épuration à Alvaneu Bad. En 1997, les communes du cercle de Belfort ont approuvé la construction à A. d'une maison de retraite pour la vallée.


Fonds d'archives
– ACom
Bibliographie
– P. Gillardon, Geschichte des Zehngerichtenbundes, 1936
MAH GR, 2, 1937, 329-342
– K. Egli, Die Landschaft Belfort im mittleren Albulatal, 1978
Gem. GR

Auteur(e): Gion Peder Thöni / LH