No 1

Gundoldingen, Petermann von

décès 9.7.1386 à la bataille de Sempach, de Lucerne. Fils de Werner, avoyer. ∞ 1) Berchta von Garten, 2) Agnes von Moos. En 1361, G. succéda à son père et conserva la charge d'avoyer jusqu'à son départ forcé en décembre 1384. Ses armoiries, portant le blason de Lucerne avec fasce de l'écu autrichien, symbolisent la situation politique d'alors. C'est sous son mandat que s'amorça la mutation de Lucerne, ville autrichienne, en une seigneurie territoriale: en 1366, Lucerne reprit des comtes de Frobourg le gage sur l'impôt baillival, marquant ainsi le début de sa politique d'acquisition. En 1379, le bailliage d'Ebikon fut remis en fief autrichien à G. et à son fils; l'année suivante, G. acquit le bailliage de Weggis pour le compte de Lucerne. En 1380, l'octroi du droit de combourgeoisie s'intensifia dans ce qui allait devenir le territoire de Lucerne (guerre de Sempach). G. participa à l'arbitrage entre les Confédérés et l'Autriche. Sa capture par le prévôt Bruno Brun en 1370 à Zurich fut l'une des raisons qui motivèrent la signature de la Charte des Prêtres. En 1386, à Sempach, G. fut nommé commandant des troupes lucernoises contre l'Autriche. Parmi les figures emblématiques de l'ancienne Confédération, G. a été éclipsé par Winkelried.


Bibliographie
– Th. von Liebenau, «Die Schultheissen von Luzern», in Gfr., 35, 1880, 55-182
– M. Estermann, «Aus der Geschichte der Gundoldingen», in Das Vaterland, 3.7.1886
– K. Müller, «Petermann von Gundoldingen», in Innerschweizer Jahrbuch für Heimatkunde, 8-10, 1944-1946, 61-74

Auteur(e): Gregor Egloff / LA