• <b>Tiefencastel</b><br>Vue générale du village. Photographie réalisée par  Florentin Charnaux  peu avant l'incendie de 1890 et publiée à Genève dans un album intitulé <I>Vues de Suisse et de Savoie</I> (Fundaziun Capauliana, Coire). Au premier plan, la route du Julier franchit le pont et traverse le village tandis que l'itinéraire de l'Albula reste sur la rive droite pour remonter la vallée homonyme (non visible, à droite de l'image). Au-delà du pont, élargi lors de la réfection de la route postale Coire-Chiavenna dès 1835, deux hôtels de tourisme témoignent de la fonction de relais que la localité a assumé lorsque ce trajet en diligence exigeait 25 heures. L'église Saint-Etienne domine le village.

Tiefencastel

Ancienne commune GR, chef-lieu du district de l'Albula, ayant fusionné en 2015 avec Alvaneu, Alvaschein, Brienz/Brinzauls, Mon, Stierva et Surava pour former la commune d'Albula/Alvra. Village au pied des cols de l'Albula et du Julier. 831 in Castello Impitinis, siège de l'administrateur royal; dès le XIVe s. Tüffenkasten, rom. Casti. 135 hab. en 1850, 209 en 1880, 257 en 1900, 327 en 1950, 230 en 2000. Habitat de l'âge du Bronze à Plattas, castrum romain sur la colline de l'église, monnaies en bronze des IIIe et IVe s. Site fortifié du haut Moyen Age, pont à péage du Moyen Age central. Probablement remis par Otton Ier à l'évêque de Coire en 960, T. fut inféodé aux Vaz et à d'autres vassaux locaux. Après le milieu du XVIe s., la juridiction de T. (basse justice), comprenant les communautés de T., Alvaschein et Mon, fit partie de la haute juridiction d'Oberhalbstein dans la Ligue de la Maison-Dieu. A la place de l'oratoire actuel sur la route du col du Julier se trouvait autrefois la chapelle Saint-Ambroise (VIe/VIIe s.). L'église Saint-Etienne, mentionnée en 1343, fut reconstruite en 1650 par les capucins et décorée de peintures et boiseries sculptées. De 1635 à 1945, des capucins italiens établis à T. desservirent la vallée de l'Albula. Un incendie détruisit en 1890 une grande partie du village. Sis sur la "route supérieure" (cols du Julier et du Septimer, un des grands axes du trafic avant 1900), T. devint un important nœud de communication après l'aménagement des passages alpestres, la création d'une station de diligence en 1835 et l'ouverture d'une gare en 1900. Une route de contournement partiel (1999) soulagea le village du trafic de transit qui avait explosé depuis les années 1970. A l'agriculture, qui fut longtemps la principale ressource, vint s'ajouter l'hôtellerie, destinée dans les premiers temps aux hôtes de passage (premier hôtel en 1850). Principal marché au bétail de la région jusqu'en 1950, T. abritait au début du XXIe s. plusieurs petites entreprises (artisanat, services) et un peu d'industrie. La centrale électrique de Filisur-T. date de 1990. En 2005, le secteur secondaire fournissait 34% des emplois, le tertiaire 62%. Le village fait fonction de centre régional, à certains égards (écoles secondaires du cercle, coopérative de consommation Albula-Oberhalbstein). Malgré une école enfantine et un premier cycle d'école primaire en langue romanche, celle-ci est en recul (50% en 1980, 38% en 2000).

<b>Tiefencastel</b><br>Vue générale du village. Photographie réalisée par  Florentin Charnaux  peu avant l'incendie de 1890 et publiée à Genève dans un album intitulé <I>Vues de Suisse et de Savoie</I> (Fundaziun Capauliana, Coire).<BR/>Au premier plan, la route du Julier franchit le pont et traverse le village tandis que l'itinéraire de l'Albula reste sur la rive droite pour remonter la vallée homonyme (non visible, à droite de l'image). Au-delà du pont, élargi lors de la réfection de la route postale Coire-Chiavenna dès 1835, deux hôtels de tourisme témoignent de la fonction de relais que la localité a assumé lorsque ce trajet en diligence exigeait 25 heures. L'église Saint-Etienne domine le village.<BR/>
Vue générale du village. Photographie réalisée par Florentin Charnaux peu avant l'incendie de 1890 et publiée à Genève dans un album intitulé Vues de Suisse et de Savoie (Fundaziun Capauliana, Coire).
(...)


Bibliographie
MAH GR, 2, 1937, 320-328
– J.A. Sigron, Heimatbuch Tiefencastel, 1968
– P. Palmy, Zur Geschichte des Mittelalters von Albula/Surmeir und Umgebung, 1971 (suppl. du Bündner Kalender, 1966-1971)
Gem. GR

Auteur(e): Gion Peder Thöni / MK