17/08/2005 | communication | PDF | imprimer

Dägerlen

Comm. ZH, distr. de Winterthour, dans le Weinland, au sud du fossé de la Thur, comprenant les fractions de D. (début du XIVe s. Tegerlo), Oberwil (1297 Obernwile), Rutschwil (1219 Ruoltswilare), Berg et Bänk. Env. 140 hab. en 1467, 314 en 1634, 398 en 1771, 524 en 1850, 560 en 1860, 441 en 1880, 507 en 1900, 476 en 1950, 508 en 1970, 859 en 2000. Au XIIIe s., Rutschwil était siège de ministériaux des Kibourg; ceux-ci détenaient dans l'ensemble de la commune de nombreux biens et droits, qui revinrent aux Habsbourg après 1264. Aux XIVe et XVe s., de gros domaines appartenaient à l'hôpital de Winterthour et au couvent de Töss, sécularisé à la Réforme, qui exploitait aussi à Berg un grand vivier, asséché en 1683. Des Habsbourg, la souveraineté passa à Zurich en 1424 (définitivement en 1452), avec la seigneurie de Kibourg, D. étant attribué à l'Enneramt dans le bailliage de Kibourg - sauf pour Oberwil, qui était et resta jusqu'en 1798 dans le bailliage d'Andelfingen, acquis en 1434. En 1487, une femme originaire d'Oberwil, accusée de sorcellerie, fut emmurée vivante à l'issue du premier procès de ce genre à Zurich. A la fin du Moyen Age, les domaines seigneuriaux se transformèrent en communautés villageoises (limitation d'accès à la bourgeoisie à Rutschwil en 1544, Oberwil en 1582, Berg en 1644). Au spirituel, toutes les fractions firent d'abord partie d'Andelfingen. Vers l'an 1000 apparut une chapelle dédiée à sainte Ursule et aux évangélistes Jean et Marc, qui devint église paroissiale (réformée) vers 1525. D. fut érigé en paroisse en 1642, dont la collation revint à la ville de Schaffhouse, puis au canton de Schaffhouse en 1803 et à Zurich en 1864. La commune, issue de la paroisse en 1798, fut attribuée au district d'Andelfingen, puis à celui de Winterthour en 1831. Chacune des cinq fractions forma une commune civile jusqu'en 1928. Aucune grande route ni voie ferrée ne traversent cette commune agricole, qui pratiqua aussi la viticulture jusque vers 1920 et ne fut pas industrialisée. Le secteur primaire offrait encore 67% des emplois en 1930. Après une longue période de stagnation, la population de Rutschwil et d'Oberwil a progressé de 44% entre 1980 et 1990, sous l'effet du vif développement de la construction. En 2000, le secteur primaire offrait un cinquième des emplois et la part des navetteurs s'élevait à trois quarts.


Bibliographie
– E. Stauber, Geschichte der Kirchgemeinde Andelfingen, 1, 1940, 60-61, 225-230, 332-336, 384, 470-472; 2, 1941, 667-668, 939-944
MAH ZH, 8, 1986, 145-165
– D. Stäger, Dägerler Spuren, 1997

Auteur(e): Ueli Müller / AN