Raiffeisen, caisses

La première caisse Raiffeisen de Suisse fut créée en 1899 à Bichelsee à l'initiative du curé Johann Evangelist Traber. Il s'inspira du modèle des coopératives de crédit fondées vers 1850 en Allemagne par Friedrich Wilhelm Raiffeisen (1818-1888), dont le but était d'encourager l'entraide collective dans la population rurale et de protéger celle-ci des usuriers. En 1902, dix institutions formèrent l'Union suisse des Caisses Raiffeisen (siège à Saint-Gall depuis 1936), qui porte au début du XXIe s. le nom de Raiffeisen Suisse. Chaque banque a un statut juridique autonome et appartient à ses membres sociétaires. Ceux-ci sont responsables des engagements de leur établissement à hauteur d'une somme définie; en contrepartie, ils bénéficient de divers avantages en plus des dividendes de leurs parts, en particulier d'un taux d'intérêt d'épargne plus élevé. Chaque caisse est tenue de placer ses fonds excédentaires auprès de la banque centrale du groupe qui est la seule compétente pour tout refinancement. Raiffeisen Suisse joue le rôle d'organe de révision légal et assiste les caisses dans leur gestion d'entreprise (direction, marketing, informatique, personnel et questions juridiques). Pour permettre aux caisses de se maintenir face à la concurrence dans les années 1980, l'offre de services, jusque-là limitée, a été élargie, sans pour autant s'écarter de ses activités traditionnelles. Au début du XXIe s., le groupe présente l'un des réseaux de filiales les plus denses du pays (367 banques et 1151 guichets en 2009), implantées principalement dans les régions rurales ou semi-urbaines. Avec plus de 100 milliards de francs déposés, Raiffeisen était en 2009 le troisième groupe bancaire sur le marché suisse, comptant au total 1,5 million de sociétaires et 3,2 millions de clients.


Bibliographie
– S. Obrecht, Raiffeisen, 2000

Auteur(e): Peter Püntener / FP