Lombards (banquiers)

Avec les juifs et les cahorsins (marchands originaires de Cahors), les lombards furent actifs au Moyen Age dans la banque. Originaires de l'Italie du Nord (Piémont et Lombardie), dont ils tirent leur nom, leur arrivée en Suisse est à mettre en relation avec l'ouverture des axes alpins au grand commerce international. Leur présence est attestée à partir du milieu du XIIIe s., notamment à Bâle (1253), Genève (1267-1268), Berne (1269), Sion (1272), Schaffhouse (1278), Saint-Maurice (1285), Vevey (1287), Fribourg (1295) et Lucerne (1296). L'achat du privilège de pratiquer le prêt sur gage et le change leur permit de tisser un dense réseau d'établissements, dont les associés appartenaient souvent aux mêmes familles. La peste noire de 1348-1349 et la communalisation de la banque à la fin du XIVe s. portèrent un coup important à leur activité, qui déclina. Au XVe s., les lombards ne sont plus présents que dans quelques grandes villes.


Bibliographie
– M. Körner, «Kawerschen, Lombarden und die Anfänge des Kreditwesens in Luzern», in Hochfinanz, Wirtschaftsräume, Innovationen, éd. U. Bestmann et al., 1, 1987, 245-268
– R. Bordone, éd., L'uomo del banco dei pegni: "Lombardi" e mercato del denaro nell'Europa medievale, 1994

Auteur(e): Franco Morenzoni