• <b>Poêles</b><br>Poêle en faïence réalisé en 1746 par le Lausannois François Pollien pour la cure de Crissier et reconstitué (coupe) à l'occasion d'une exposition en 1997 au Musée historique de Lausanne (Musée historique de Lausanne).

Poêles

Les premiers poêles étaient en maçonnerie et voûtés. Les poêles les plus répandus en Suisse étaient en catelles (helvétisme pour carreaux de faïence, all. Kachel), mais il existe encore au début du XXIe s. des fourneaux en maçonnerie dans les régions alpines, ceux en pierre ollaire subsistant surtout en Valais et au sud des Alpes.

Très tôt, la terre cuite fut utilisée pour la fabrication des poêles. Avant 1200 déjà, on commença à plaquer sur la paroi des carreaux de faïence concaves. Un tel poêle (foyer, tourelle et coupole), aux nombreuses briques concaves, figure sur une peinture représentant le mois de décembre (maison "Zum langen Keller" à Zurich, vers 1300). Un peu plus tard furent fabriquées, aussi à Zurich, les premières catelles à décor moulé en relief, dont la partie visible était généralement déjà vernissée (Céramique).

Dans les villes de Suisse alémanique telles que Zurich, Berne et Lucerne, le poêle entièrement recouvert de catelles en relief connut au XIVe s. une rapide expansion, grâce au développement de l'industrie des poêliers. Devenu objet de prestige, il trônait, en ville comme à la campagne, dans la salle des hôtels de ville, des maisons de corporations et des demeures de maître. Au XVe s., la plupart n'étaient enduits que d'une glaçure verte. Peu après 1450, apparurent à Bâle et à Zurich des catelles colorées ou partiellement blanches à décorations bleues. Mais ce n'est que dans les premières décennies du XVIe s. que la fabrication de poêles aux vernis polychromes ou peints sur fond blanc prit son essor grâce aux échanges étroits avec l'Italie. Le poêle du château de Holligen à Berne, réalisé en 1518 presque entièrement en majolique, soit recouvert d'émail blanc opaque, puis peint, est à ce jour l'exemple daté le plus ancien de ce type en Suisse.

<b>Poêles</b><br>Poêle en faïence réalisé en 1746 par le Lausannois François Pollien pour la cure de Crissier et reconstitué (coupe) à l'occasion d'une exposition en 1997 au Musée historique de Lausanne (Musée historique de Lausanne).<BR/>
Poêle en faïence réalisé en 1746 par le Lausannois François Pollien pour la cure de Crissier et reconstitué (coupe) à l'occasion d'une exposition en 1997 au Musée historique de Lausanne (Musée historique de Lausanne).
(...)

Durant le XVIe s., les poêliers s'inspirèrent des formes architecturales de la Renaissance. Un exemple précoce remarquable en est le poêle en faïence peinte de couleurs vives, réalisé par le Lucernois Martin Knüsel en 1566 pour le château de Rosenburg à Stans (auj. au Musée national suisse). Winterthour devint le centre de fabrication le plus important de fourneaux richement ornés de scènes de genre instructives et édifiantes. Tout au long du XVIIe s., la famille Pfau de Winterthour se distingua dans cet art. D'autres lieux comme Steckborn, Zurich, Zollikon, Muri (AG), Aarau, Berne, Fribourg, La Neuveville, Yverdon et Vevey prirent la relève au XVIIIe s. et un nombre croissant de petites entreprises virent le jour. Dès 1740, des poêles aux formes arquées, couronnés d'une coupole et entièrement peints dans des tonalités bleues furent fabriqués à Zurich. Des poêles rococo, décorés de fleurs polychromes en peinture sur glaçure, furent réalisés à Berne, Beromünster et Lenzbourg. Vers la fin du XVIIIe s., le néoclassicisme imposa le blanc. Parallèlement, les poêliers-fumistes cherchèrent de nouvelles solutions à la vieille question de l'utilisation économique du bois.

A la fin du XIXe s., la firme Bodmer & Biber de Zurich et le poêlier Josef Anton Keiser de Zoug tentèrent de revenir aux modèles peints historiques. Cependant, avec les progrès liés aux nouvelles techniques de chauffage, l'importance du poêle diminua considérablement au XXe s.


Bibliographie
– K. Frei, Zur Geschichte der aargauischen Keramik des 15.-19. Jahrhundert, 1931
– W.A. Staehelin, «Die Öfen der Manufaktur Frisching», in Bull. des Amis suisses de la céramique, 81, 1970, 3-35
– B. Zehmisch, «Das Zürcher Hafnerhandwerk im 18. Jahrhundert», in Bull. des Amis suisses de la céramique, 90, 1977, 3-54
– M.-Th. Torche-Julmy, Poêles fribourgeois en céramique, 1979
– U. Bellwald, Winterthurer Kachelöfen, 1980
– M. Früh, «Winterthurer Rathausöfen», in Bull. des Amis suisses de la céramique, 95, 1981, 3-147
– M. Fontannaz, Les cures vaudoises, 1986
– E. Kaufmann Roth, Spätmittelalterliche reliefierte Ofenkeramik in Bern, 1994
Die Entdeckung der Stile: die Hafnerei Keiser in Zug, cat. expo. Zoug, 1997
K+A, 50, 1999, cah. 2
– C. Kulling, Poêles en catelles du Pays de Vaud, 2001
– M. Früh, Steckborner Kachelöfen des 18. Jahrhunderts, 2005
– C. Kulling Catelles et poêles du Pays de Vaud du 14e au début du 18e s., 2010
– R. Schnyder Mittelalterliche Ofenkeramik, 2 vol., 2011

Auteur(e): Rudolf Schnyder / EVU