Kirchberg (SG)

Comm. SG, région du Toggenbourg. Située aux confins nord-ouest du Toggenbourg, la commune de K. marque à l'ouest la frontière avec la Thurgovie et borde la Thur à l'est. Outre le village de K., situé au centre d'un haut plateau, elle comprend le village de Gähwil, plus au sud, Bazenheid, village-rue sur une terrasse dominant la Thur, et les hameaux de Müselbach, Dietschwil, Ötwil, Nuetenwil, Rupperswil, Bräägg, Schalkhusen, Wolfikon, Lütenriet, Buomberg, Bäbikon et Husen. 1222 Kilchberc. 2550 hab. en 1827, 4194 en 1850, 5025 en 1900, 5619 en 1950, 7904 en 2000. Importante fortification à Unterbazenheid, datant peut-être de l'âge du Fer. Dès le VIIIe s., le territoire de K. fut habité par des dépendants du couvent de Saint-Gall et des comtes de Toggenbourg, par endroits aussi par des colons libres occupant des places fortes. Dix-sept châteaux, sièges des familles nobles de ministériaux, ont été identifiés, en particulier à Bazenheid et à Ötwil. Le couvent de Saint-Gall et les comtes de Toggenbourg, dont le château ancestral était situé à Alt-Toggenburg, furent en concurrence lorsqu'ils envoyèrent leurs serfs coloniser la région. En 1468, le prince-abbé de Saint-Gall acheta l'ensemble du territoire et rattacha les diverses cours de basse justice aux juridictions de Schwarzenbach et Bazenheid et les hommes libres à la juridiction libre de Thurlinden. En 1803 furent créées la commune politique et la commune bourgeoise de K., qui firent partie du district d'Alttoggenburg de 1831 à 2002.

L'église, mentionnée pour la première fois en 1215, fut d'abord filiale de Rickenbach avant d'être érigée en paroissiale. Lors de son incorporation à l'abbaye de Saint-Gall en 1359, la paroisse de K. avait Rickenbach pour filiale. La Réforme fut introduite en 1527, mais la majorité de la population revint au catholicisme en 1531. Gähwil devint paroisse en 1764, Bazenheid en 1900. De 1541 à 1954 (année de la construction du temple), l'église fut utilisée par les deux confessions. Les protestants de K. formèrent une paroisse avec ceux de Lütisburg de 1559 à 1856. Après l'incendie de 1784 qui détruisit l'église et une quarantaine de maisons du village de K., l'architecte Johann Ferdinand Beer construisit en style baroque la nouvelle église paroissiale et de pèlerinage, dédiée à saint Pierre et à saint Paul. Le village fut à nouveau la proie des flammes en 1863.

L'industrie cotonnière se développa fortement après 1800. Le village de K. eut une école de broderie de 1897 à 1914, mais la broderie à domicile s'éteignit dans les années 1930. A partir de 1960, K. profita de l'essor industriel et artisanal de la région de Wil. En 2000, près de la moitié de la population active travaillait dans le secteur secondaire et un tiers dans le secteur des services. La commune a néanmoins conservé son caractère rural. L'étang de Lampertswil et le marais du Turpenriet sont des sites naturels protégés.


Bibliographie
– J.H. Dietrich, Geschichte der Gemeinde Kirchberg, 1952
– H. Büchler, Das Toggenburg in alten Ansichten vom 17. bis 19. Jahrhundert, 1975
– T. Schönenberger, 150 Jahre Dorfkorporation Kirchberg, 1982

Auteur(e): Hans Büchler / LA