Jachère

La jachère est une surface agricole laissée au repos pendant une période prolongée (six mois ou une année), dans une exploitation ou une commune. La jachère par rotation faisait partie des systèmes d'assolement. Dans l'assolement obligatoire (généralement triennal), la jachère devait rester accessible au bétail des villageois, en vertu du droit de "parcours" ou de "libre pâture", comme on l'appelait à l'époque moderne (Systèmes culturaux). La jachère était labourée une première fois en juin, une seconde en septembre avant le semis des céréales d'hiver et, dès le XIIe s., une fois encore entre ces deux périodes. A l'époque moderne, d'autres labours s'ajoutèrent régionalement à ceux-ci. L'ensemencement estival partiel de la jachère, avec des légumineuses (pois, lentilles, vesces), des plantes oléagineuses ou textiles, du millet ou de l'orge, se pratiquait dès le bas Moyen Age; à l'époque moderne, il était courant surtout dans les environs des villes, là où il y avait de la fumure en suffisance. L'ensemencement estival complet de la jachère (surtout avec des plantes fourragères enrichissant le sol en azote) fut l'une des principales caractéristiques de la révolution agricole (1750-1850) et amena la rotation triennale améliorée.

Les terres étaient laissées en jachère pour que le sol se repose et se reconstitue. Dans l'agriculture prémoderne, les surfaces céréalières ne pouvaient pas être cultivées de manière ininterrompue, par manque d'engrais. Mais s'ils restaient nus, les sols risquaient de s'éroder à cause du ruissellement, en particulier sur les pentes. À l'époque moderne, en plus de la jachère liée à l'assolement triennal, certains champs pouvaient être soustraits pendant quelques années à la culture obligatoire et laissés en "jachère verte" avec l'autorisation de la commune. La "jachère noire", que l'on connaît encore en certains endroits au XXe s., consiste à laisser le champ sans végétation et à le retourner plusieurs fois durant l'année pour freiner la prolifération des mauvaises herbes, ameublir la terre, l'aérer et améliorer ainsi ses qualités physiques et sa fertilité. La nouvelle orientation prise par la politique agricole depuis le milieu des années 1990 a remis la jachère à l'honneur pour l'équilibre écologique du sol ("gel des terres").


Bibliographie
– C. Pfister, Das Klima der Schweiz 1525-1860, 2 vol., 1984 (31988)
– W. Rösener, Bauern im Mittelalter, 1985
– H. Moser, Der schweizerische Getreidebau und seine Geräte, 1988
– N. Morard, «L'assolement triennal à Fribourg aux 14e et 15e s.», in Paysages découverts, 1, 1989, 135-152
– A. Ineichen, Innovative Bauern, 1996

Auteur(e): Albert Schnyder / UG