• <b>Electrification</b><br>"L'énergie hydroélectrique, notre bien national", affiche lithographiée en couleurs  d'Alex Walter Diggelmann,   1936 (Museum für Gestaltung Zürich, Plakatsammlung, Zürcher Hochschule der Künste).
  • <b>Electrification</b><br>"Pollution de l'air, nous roulons à l'électricité, CFF", affiche du service de publicité des CFF, réalisée par  James G. Perret,   1973  (Museum für Gestaltung Zürich, Plakatsammlung, Zürcher Hochschule der Künste).

Electrification

La Suisse se situe depuis les débuts de l'électricité dans le peloton de tête des pays les plus électrifiés (Energie). Elle fut même très précoce comme nous le révèlent des données comparatives. Jusque vers 1910, elle produisait le plus de kWh par habitant (81,3 en 1902, 165,7 en 1907) et, fait remarquable, elle se situait à proximité des Etats-Unis (81,2 en 1902, 151,2 en 1907). Par la suite, elle se fit certes dépasser par les deux pays nord-américains et par la Scandinavie, mais, avec 6800 kWh consommés par habitant, elle occupait le 7e rang mondial en 1995. Cette performance s'explique largement par la présence d'une industrie nationale qui fit converger son savoir-faire et sut trouver des appuis auprès des institutions politiques, du monde des affaires et de l'opinion publique, ceci au moins avant l'ère nucléaire (Energie nucléaire). Il est vrai qu'il s'agissait, jusqu'au milieu des années 1960, de mettre en valeur les forces hydrauliques, soit l'une des seules ressources naturelles du pays (Barrages). Par son électrification précoce et poussée, la Suisse n'est pas restée en arrière du progrès technique.

<b>Electrification</b><br>"L'énergie hydroélectrique, notre bien national", affiche lithographiée en couleurs  d'Alex Walter Diggelmann,   1936 (Museum für Gestaltung Zürich, Plakatsammlung, Zürcher Hochschule der Künste).<BR/>
"L'énergie hydroélectrique, notre bien national", affiche lithographiée en couleurs d'Alex Walter Diggelmann, 1936 (Museum für Gestaltung Zürich, Plakatsammlung, Zürcher Hochschule der Künste).
(...)

1 - Jusqu'à la Première Guerre mondiale: éclairage, force motrice et traction sur petites lignes ferroviaires

La période qui précède la Première Guerre mondiale est caractérisée par une croissance extrêmement rapide de la consommation d'électricité (35% de hausse annuelle moyenne pour la décennie 1890-1900, 18% pour la suivante), la moitié de la production en 1900 étant assurée par l'industrie électrochimique. Le premier éclairage permanent connu (1879) est celui de l'hôtel Engadiner Kulm à Saint-Moritz. En 1889, on recense 351 installations (22% pour l'industrie textile) alimentant un peu plus de 52 000 lampes. Par la suite, la progression est rapide (2,9 millions de lampes en 1909). Parallèlement, la force motrice progresse; des 24 transmissions de force comptabilisées en 1889, on passe à 121 transports en 1895 et 27 000 électromoteurs sont recensés en 1909. L'électrification des fabriques est cependant loin d'être achevée malgré les progrès de l'établissement des réseaux (Electrotechnique); seulement près de la moitié des usines tire son énergie d'un réseau de distribution électrique (voir le tableau "Fabriques tirant leur énergie de centrales électriques"). Au niveau de la traction, l'effort est principalement porté sur les petites lignes ferroviaires (Chemins de fer). Dès 1909, la quasi-totalité des tramways sont électrifiés (389 km sur 390); en 1914, 62% des réseaux locaux à voies étroites fonctionnent à l'électricité (862 km sur 1383) et une spécialité helvétique, les chemins de fer à crémaillère et les funiculaires, sont respectivement électrifiés à hauteur de 60% (67 km sur 110) et de 83% (39 km sur 47).

Fabriques tirant leur énergie de centrales électriques (en %)
Branche1895191119291937
Coton1224586
Soie1337295
Laine17296292
Lin0529092
Broderie8518496
Autre textile4497993
Habillement et équipement3498699
Produits alimentaires8397894
Chimie2588496
Papier, cuir4255789
Arts graphiques5709897
Bois7367792
Métaux7457698
Machines, appareils12548699
Horlogerie, bijouterie10659298
Terre et pierre5517396
Moyenne5437794

Sources:Statistique des fabriques; auteur

Auteur(e): Serge Paquier

2 - 1919-1945: électrification des grandes lignes et appareils à corps chauffant

La croissance annuelle moyenne (environ 5% de 1919 à 1939) de la consommation d'électricité se ralentit nettement du fait d'une base de départ élevée et des crises économiques. Toutefois, le choc des difficultés d'approvisionnement en charbon pendant la Première Guerre mondiale stimula largement le processus d'électrification. Sur la lancée des années d'avant-guerre, l'éclairage et la force motrice poursuivirent leur diffusion (13,2 millions de lampes et 335 000 moteurs électriques en 1933). A la veille de la Deuxième Guerre mondiale, les fabriques étaient pratiquement toutes électrifiées. Avec l'électrification des grandes lignes et la diffusion rapide des appareils à corps de chauffe (cuisinières, chauffe-eau, fers à repasser, radiateurs, Appareils ménagers), la Première Guerre renforça de nouveaux fronts dont les fondations avaient été timidement posées auparavant. En 1913, un peu moins de 7% des lignes à voies normales fonctionnaient à l'électricité, 66% en 1933. L'effort fut surtout fourni par les Chemins de fer fédéraux qui contribuèrent largement à faire de la Suisse le leader européen: après la première tranche de travaux en 1928, 55% de leur réseau était électrifié, correspondant à 81% du trafic. En 1939, ces données atteignaient respectivement 74% et 93%. La même année, 77% de l'ensemble du réseau ferroviaire suisse fonctionnait à l'électricité, alors que la moyenne était de 5% en Europe. La progression fut tout aussi nette pour les produits à corps de chauffe. On comptait 80 000 appareils en 1912, le créneau des cuisinières et des chauffe-eau étant alors surtout occupé par le gaz. Dès le milieu de la guerre, la progression annuelle devint fulgurante: elle sera de 30 000 appareils en 1916 et de 100 000 l'année suivante. Par la suite, malgré la crise de reconversion du début des années 1920 et la grande dépression des années 1930, le mouvement se poursuivit. Au plus bas, en 1921, la progression chuta à 52 000; elle ne descendit pas au-dessous des 114 000 au début des années 1930.

<b>Electrification</b><br>"Pollution de l'air, nous roulons à l'électricité, CFF", affiche du service de publicité des CFF, réalisée par  James G. Perret,   1973  (Museum für Gestaltung Zürich, Plakatsammlung, Zürcher Hochschule der Künste).<BR/>
"Pollution de l'air, nous roulons à l'électricité, CFF", affiche du service de publicité des CFF, réalisée par James G. Perret, 1973 (Museum für Gestaltung Zürich, Plakatsammlung, Zürcher Hochschule der Künste).
(...)

Auteur(e): Serge Paquier

3 - 1945 à nos jours: les ménages et les services comme nouveaux leaders

Comme la Première, la Deuxième Guerre mondiale stimula les applications de l'électricité. En 1945, on atteignit même le degré maximum d'utilisation des ressources hydrauliques par rapport aux autres sources d'énergie. A partir des années 1950, la consommation augmenta d'une manière quasi continue et les deux chocs pétroliers renforcèrent la diffusion de l'électricité, quoiqu'on constate une baisse de la croissance annuelle à partir de 1960 (moins de 5%). Deux catégories stimulantes d'usagers intervinrent avec de nouveaux besoins: les ménages et les services. Les premiers sont crédités pour les années 1975 à 1995 d'un taux de croissance de 106% et les seconds de 90%. Les ménages représentaient un tiers de la demande totale d'électricité en 1993. Sur la base du modèle américain et sur la lancée des appareils à corps de chauffe, les ménages suisses se sont équipé de nouveaux appareils (sèche-linge, congélateurs, ordinateurs), le remplacement des anciens appareils par de nouveaux toujours plus puissants contribuant largement à cette évolution. La consommation d'électricité des services reflète quant à elle la progression du secteur tertiaire. Mais ces applications de l'électricité restent difficiles à analyser tant la composition du secteur est hétérogène (bureaux, restaurants, établissements de sport, hôpitaux, cinémas, écoles...); on relèvera toutefois le très rapide passage à l'informatique (Informatisation).

Electrification des ménages (en pourcentage des appareils électriques)
Appareil1915194519751995
Cuisinière<1287086
Chauffe-eau<1-a3429
Lave-vaisselle001340
Réfrigérateur028697
Hotte aspirante001950
Téléviseur007087
Fer à repasser3829596
Aspirateur<1-8795
Ordinateur00028
Chauffage0<127

a Part à la consommation totale d'électricité domestique: 48%

Sources:J. Mutzner, Die Stromversorgung der Schweiz, 1995, 15

Il est toutefois un domaine où l'électrification ne s'est pas imposée jusqu'à nos jours, celui des transports individuels. En effet, pour diverses raisons (moteur lourd, manque de points d'approvisionnement, domination du pétrole), la voiture électrique reste une exception.

Auteur(e): Serge Paquier

Références bibliographiques

Bibliographie
– H. Lienhard, «Von der Lichtzentrale zum Elektrizitätswerk», in Bull. de l'Assoc. suisse des électriciens, de l'Union des centrales suisses de l'électricité, 6, 1980
– J. Mutzner, Die Stromversorgung der Schweiz, 1995
– D. Gugerli, Redeströme, 1996, 25-131
– S. Paquier, Hist. de l'électricité en Suisse, 1998, 129-130, 527-559, 723-907