Crises économiques

L'économie politique définit les crises économiques comme des phases conjoncturelles (Conjoncture) survenant à la fin d'une période de haute conjoncture et durant lesquelles l'activité économique ralentit en raison de surproduction, de recul des ventes et de perspectives bénéficiaires défavorables. Les crises qui commencent de cette manière touchent le creux de la vague dans la dépression: les prix, les salaires, les cours des actions baissent et le nombre des faillites augmente, comme cela s'est produit lors de la crise économique mondiale. Jusqu'à la fin du XVIIIe s., les crises économiques étaient également liées à une dégradation du climat, à une succession de mauvaises récoltes, à une flambée des prix (Inflation) et parfois à la famine. Jusqu'au milieu du XVIIe s., un fort recul démographique résultant d'une mortalité inhabituellement élevée (Crises démographiques) était souvent à l'origine de crises économiques, mais pouvait déployer des effets inverses selon les secteurs. Si plusieurs crises économiques coïncident dans le temps et affectent toutes les branches et tous les secteurs au niveau interrégional, on parle de crises générales, graves et étendues (Crises): ce fut le cas sur le territoire de la Suisse actuelle dans les années 1330 et 1340, 1580, 1690, 1790, 1830, 1890, 1920, 1930, 1970 et 1990.


Auteur(e): Martin Körner / AN