Habitants (Genève)

Consultez cet article sur le nouveau site web du DHS (version bȇta)

Ce terme, qui recouvre une situation juridique, désigne dès le Moyen Age l'étranger qui s'installe dans la ville de Genève, peut y résider, y travailler et s'y marier, mais ne jouit d'aucun droit politique. Dès le XVIe s., l'obtention d'une lettre d'habitation est soumise à l'approbation du Conseil et au versement d'une caution à l'Hôpital général. Les enfants d'un habitant sont appelés natifs.


Sources imprimées
– P.-F. Geisendorf, Livre des habitants de Genève, 2 vol., 1957-1963
– A. Perrenoud, Livre des habitants de Genève, 1985

Auteur(e): Martine Piguet