22/11/2016 | communication | PDF | imprimer | 

Stein (SG)

Ancienne commune SG, région du Toggenbourg, depuis 2013 partie de la commune de Nesslau avec Nesslau-Krummenau. Situé entre les massifs de l'Alpstein, des Churfirsten et du Speer, le territoire communal comprenait le village de S., traversé par la Thur, ainsi que Breitenau, Stiegen, Steinerberg, Hinterberg et Mühle. 1180 Praittenouw, 1320 Stein (copie tardive). 717 hab. en 1827, 605 en 1850, 611 en 1900, 588 en 1950, 398 en 2000. Les comtes de Montfort, dont le château de Starkenstein donna son nom au village, exerçaient la haute justice. Leurs possessions échurent à l'abbaye d'Alt Sankt Johann en 1180 et 1209. Les droits d'avouerie revinrent d'abord aux comtes de Toggenbourg puis, dès 1249, à l'abbaye qui fut incorporée à celle de Saint-Gall en 1555. Les habitants de S. reçurent les mêmes droits que les gens du Toggenbourg. Intégré au canton de Saint-Gall en 1803, S. fit partie de la commune d'Alt Sankt Johann, avant d'être érigé en commune en 1833. La chapelle de Breitenau, mentionnée en 1280, fut élevée au rang d'église paroissiale en 1497. La Réforme fut introduite en 1524-1531; la principauté abbatiale de Saint-Gall rétablit le culte catholique en 1601. Les protestants, rattachés d'abord à la paroisse de Nesslau (1585-1711), utilisèrent ensuite paritairement l'église de S. jusqu'à la construction de la nouvelle église catholique en 1930. Le dernier grand incendie de village en Suisse détruisit S. en 1947. Un pont à arches en pierre traverse la Thur et un pont couvert en bois franchit la Wiss Thur. Une fabrique de skis ouvrit en 1905 et la commune, point de départ pour les sportifs, fut équipée du téléski Eggli-Stiegenrain (1966-2001). Au début du XXIe s., S. tirait ses ressources économiques essentiellement de l'agriculture et de l'artisanat, accessoirement du tourisme de randonnées (à pied et à ski dans la région du Risi-Stockberg, pédestres le long de la Thur). En 2000, 40% de la population active travaillaient à l'extérieur; le secteur primaire offrait 53% des emplois en 2005.


Bibliographie
– O. Widmer, Das oberste Toggenburg, 1945
– H. Büchler, éd., Das Toggenburg, 1992 (21993)

Auteur(e): Hans Büchler / VL