01/11/2007 | communication | PDF | imprimer

Krummenau

L'édition imprimée de cet article comporte une image. Commandez le DHS chez notre éditeur.

Ancienne comm. SG, région du Toggenbourg, K. forme depuis 2005 avec Nesslau la comm. de Nesslau-K. Le territoire de K., situé sur la rive droite de la Thur, s'étendait de la Silberplatten dans le massif du Säntis à la région du Mistelegg, en passant par le col de la Schwägalp. Il entourait le Schlatt, enclave de Nesslau, et comprenait les villages de K., Neu Sankt Johann, Dorf et Ennetbühl, ainsi que les territoires extérieurs d'Aemelsberg et Beieregg. 1266 Crumbenowe. 1400 hab. en 1827, 1563 en 1850, 1419 en 1900, 1825 en 1950, 1664 en 2000. Le territoire fut colonisé au XIIe s. par des serfs des comtes du Toggenbourg et de l'abbaye de Saint-Gall. Aemelsberg, Sidwald et Ennetbühl étaient fiefs comtaux. Biens et droits furent achetés 1468 par la principauté abbatiale de Saint-Gall, qui rattacha ces territoires à la juridiction de Thurtal. Sidwald (Neu Sankt Johann) se développa dès le XVIe s. grâce à ses marchés (marchandises et bétail). L'église, dans le village de K., desservie par Wattwil, est mentionnée en 1260; elle devint paroissiale en 1437. La Réforme fut introduite en 1524-1528. Le prince-abbé Bernhard Müller fit ériger en 1622 dans le temple un autel pour les catholiques (règle du simultaneum). Après un incendie, le couvent bénédictin de Saint-Jean, prieuré de l'abbaye de Saint-Gall dès 1555, fut déplacé en 1626 à Sidwald, qui prit par la suite le nom de Neu Sankt Johann (par opposition à l'ancien site, Alt Sankt Johann). L'ensemble architectural, témoin important du passage du gothique tardif au baroque, fut conçu par Jodokus Metzler et Pietro Andreota, continué par Alberto Barbieri et achevé en 1680 par Daniel Glattburger. Après la suppression du prieuré, à la suite de la sécularisation de la principauté abbatiale de Saint-Gall, l'église et une partie des bâtiments conventuels furent remis en 1806 à la paroisse de Saint-Jean nouvellement érigée, qui réunissait les catholiques de K. et de Nesslau. Les bâtiments conventuels servent aujourd'hui de centre de pédagogie curative sous le nom de "Johanneum". Les protestants d'Ennetbühl dépendaient en partie de K., en partie de Nesslau, puis une paroisse fut fondée en 1755. La source sulfureuse de Rietbad, près d'Ennetbühl, était déjà connue au Moyen Age. K. et Nesslau furent reliés au chemin de fer en 1912 (ligne du Toggenbourg). La production laitière et l'élevage, de petites entreprises textiles (étoffes de couleur), le commerce et le tourisme constituent le tissu économique. Le pont naturel (formé de rochers) qui franchissait la Thur s'effondra en 1976. Les citoyens de la commune de K., fondée en 1803, votèrent en 2002 la fusion avec Nesslau.


Bibliographie
– H. Büchler, Das Toggenburg in alten Ansichten vom 17. bis 19. Jahrhundert, 1975
– W. Vogler, Das Kloster St. Johann im Thurtal, 1985

Auteur(e): Hans Büchler / EVU