23/11/2016 | communication | PDF | imprimer | 

Alt Sankt Johann

Ancienne commune SG, région du Toggenbourg, ayant fusionné en 2010 avec Wildhaus pour former la commune de Wildhaus-Alt Sankt Johann. Elle était l'avant-dernière commune en remontant la vallée de la Thur et comprenait en plaine les villages d'A. et d'Unterwasser, ainsi que le hameau de Starkenbach, des habitations isolées sur les pentes et de vastes alpages sur le versant nord des Churfirsten et sur les contreforts de l'Alpstein. 1152 sancti Johannis Baptiste, A. depuis 1626, ancien nom franç. Saint-Jean-le-Vieux. 1618 hab. en 1827, 1623 en 1850, 1504 en 1900, 1434 en 1950, 1453 en 2000.

Vestiges paléolithiques dans la grotte du Wildenmannlisloch. Les noms d'alpages et de montagnes témoignent de la présence d'une population de langue romane. Si l'abbaye de Sankt Johann est mentionnée pour la première fois en 1152, la commune ne l'est qu'en 1439. Elle constituait une juridiction de la seigneurie abbatiale, placée sous la souveraineté du comte de Toggenbourg dès 1396 et de l'abbé de Saint-Gall après 1468. La Réforme conduisit en 1528 à l'iconoclasme, à la division confessionnelle et à l'entretien parallèle de deux églises. Après l'incorporation de l'abbaye de Sankt Johann à celle de Saint-Gall en 1555, A. reçut un statut identique à celui des autres communes du Toggenbourg (coutumier de 1559). A. devint en 1803 une commune politique, dont se détacha celle de Stein en 1833. L'économie est dominée depuis les XVIe et XVIIe s. par l'élevage (engraissement, lait, viande) et la sylviculture; on compte quelques petites entreprises artisanales (notamment fabrication d'instruments de musique). Quinze corporations d'alpage publiques et quatre privées existaient à la fin du XXe s. Le tourisme prit son essor au début du XXe s.: randonnées autour des lacs de montagne de Gräppelen et de Schwendi, où se trouvent des réserves naturelles, chutes de la Säntisthur. A. fut desservi dès 1918 par la diligence Nesslau-Buchs, remplacée ensuite par un car postal. Les chemins de fer de montagne permirent la mise en valeur de la région des Churfirsten: funiculaire Unterwasser-Iltios, le premier du Toggenbourg (1934), téléférique Iltios-Stöfeli (1938), télésiège A.-Alp Selamatt (1946), téléférique Iltios-Chäserrugg (1972). Depuis 1950, les secteurs secondaire et surtout tertiaire sont en croissance, le nombre des exploitations agricoles diminue. L'aménagement du territoire se fait en collaboration avec Wildhaus; l'accent porte sur un développement qualitatif du tourisme.


Bibliographie
– K. Hutter, Alt Sankt Johann, 1941 (21981)
– O. Widmer, Das oberste Toggenburg, 1945
Das oberste Toggenburg, 1963 (21992)

Auteur(e): Hans Büchler / VV