• <b>Ducat</b><br>Ducat de la République de Venise, XV <SUP>e</SUP>  siècle  (Musée d'Histoire de Berne, Inv. 80.620).  Sur la première face, on aperçoit un Christ dans sa mandorle, selon la tradition byzantine.
  • <b>Ducat</b><br>Ducat de la République de Venise, XV <SUP>e</SUP> siècle (Musée d'Histoire de Berne, Inv. 80.620). Sur la seconde face, on distingue le doge Michele Steno (1400-1413) agenouillé devant saint Marc.

Ducat

Monnaie d'or d'un poids d'env. 3,56 grammes, frappée à partir de 1284 à Venise, dont le nom vient de l'italien ducato d'oro. Appelé aussi zecchino (soit sequin, de zecca, atelier monétaire), le ducat faisait concurrence au florin, frappé dès 1252 à Florence.

<b>Ducat</b><br>Ducat de la République de Venise, XV <SUP>e</SUP>  siècle  (Musée d'Histoire de Berne, Inv. 80.620). <BR/>Sur la première face, on aperçoit un Christ dans sa mandorle, selon la tradition byzantine.<BR/>
Ducat de la République de Venise, XV e siècle (Musée d'Histoire de Berne, Inv. 80.620).
(...)
<b>Ducat</b><br>Ducat de la République de Venise, XV <SUP>e</SUP> siècle (Musée d'Histoire de Berne, Inv. 80.620).<BR/>Sur la seconde face, on distingue le doge Michele Steno (1400-1413) agenouillé devant saint Marc.<BR/>
Ducat de la République de Venise, XV e siècle (Musée d'Histoire de Berne, Inv. 80.620).
(...)

Sa durée de vie fut l'une des plus longues de l'histoire universelle des monnaies (Frappe monétaire). Sa diffusion se limita d'abord à l'aire d'influence de Venise (Europe du Sud-Est et Orient). La réglementation impériale de 1559 le consacra comme principale monnaie d'or de l'Empire. Au début du XVIe s., le ducat avait supplanté presque partout le florin d'or. Sa production atteignit son point culminant aux XVIIe et XVIIIe s., et se poursuivit même jusqu'au XXe s. en Autriche. En Suisse et dans les régions limitrophes, le ducat est connu dès le XIVe s. Il n'eut cependant pas l'importance du florin, de Florence d'abord, puis du Rhin.

En Suisse, le ducat ne fut d'abord frappé que sporadiquement, vers 1500 par les évêques de Lausanne, vers 1520 par les cantons d'Uri, Schwytz et Nidwald à Bellinzone, un peu plus tard à Fribourg. Au XVIIe s., la plupart des seigneuries possédant le droit de battre monnaie commencèrent à le frapper. Les émissions des villes de Bâle et de Zurich, qui seules pouvaient assurer une continuité dans la frappe de monnaies d'or, eurent une certaine importance économique. Les autres émissions ne servirent souvent qu'à des fins de prestige. Il existait également des fractions (demi et quart) de ducats. Les monnaies dont le poids était un multiple de celui du ducat étaient souvent frappées d'un coin originellement prévu pour des pièces d'argent. Elles étaient généralement offertes en cadeau. Sous la République helvétique, c'est le doublon, valant seize francs, qui devint la principale monnaie d'or. Au XIXe s., le ducat ne fut plus frappé qu'à Zurich (1810), Berne (1825) et Schwytz (1844).


Bibliographie
– H.E. Ives, The Venetian Gold Ducat and its imitations, 1954
– J.-P. Divo, E. Tobler, Die Münzen der Schweiz im 18. Jh., 1974
– J.-P. Divo, E. Tobler, Die Münzen der Schweiz im 17. Jh., 1987
– M. Amandry, dir., Dict. de numismatique, 2001, 172-173

Auteur(e): Daniel Schmutz, Benedikt Zäch / LA