27/03/2014 | communication | PDF | imprimer

Amden

Comm. SG, distr. de Gaster, vouée à l'économie alpestre et au tourisme, située au nord du lac de Walenstadt sur une terrasse orientée au midi, et comprenant le village d'A. (908 m), le hameau de Betlis (419 m) et une partie de celui de Fli, ainsi que le village de vacances d'Arfenbühl (1259 m). Habitat dispersé. 1178 Andimo monte Voraden, 1230 Andimin, 1282 in montibus Andinen, plus tard Ammon. 1350 hab. vers 1800, 1644 en 1834, 1524 en 1850, 1229 en 1900, 1372 en 1950, 1593 en 2000. Ruine de tour romaine à Stralegg. Le pape Alexandre III confirme en 1178 aux chanoinesses de Schänis leurs possessions in Andimo monte. L'alpe de Matte appartient en 1419 au couvent d'Einsiedeln. Un acte de 1594 fixe les droits d'alpage entre la communauté des paysans de Hinterberg (domaine du couvent de Schänis) et celle de Vorderberg (alleu des seigneurs de Gaster). Ces deux communautés, devenues communes villageoises (Dorfkorporationen), s'uniront en 1839. A. fit partie du bailliage de Gaster depuis 1438, devint commune saint-galloise en 1803; la commune bourgeoise date de 1832. Lors du scrutin cantonal de 1847, A. élut des libéraux, ce qui fit pencher la balance en leur faveur dans le district de Gaster et par là dans le canton de Saint-Gall, qui se retrouva bientôt dans le camp des cantons radicaux favorables à la dissolution du Sonderbund. Bien qu'on y trouve une église Saint-Gall fondée au XIIIe s., A. n'est une paroisse, détachée de Schänis, que depuis 1594. Les alpages constituaient la principale source de revenus et furent l'objet de plusieurs conventions juridiques entre les gens du chapitre de Schänis et ceux des seigneurs de Gaster: arrangement de 1657, règlement de 1708 sur les alpages communs, partage et mise en exploitation des communaux en 1771, règlement de 1834 sur les droits de rachat en cas de vente de droits d'alpage. Un modeste artisanat apparut au XIXe s. (boissellerie, fabrication de bardeaux, de râteaux, de fourches). Dès le milieu du XIXe s., par exemple dans une fabrique active de 1908 à 1958, le tissage de la soie offrit un emploi à quelque trois cents femmes. Le village fut incendié en 1874. Sur la route Weesen-A., ouverte en 1882, un service régulier de diligence fut inauguré en 1892. Les premières protections contre les avalanches datent de 1888, celles de Mattstock de 1946. Centrale électrique construite en 1906. Tourisme dès les années 1950. En 1990, un quart de la population active travaillait dans l'agriculture, 64% dans le secteur tertiaire.


Bibliographie
MAH SG, 5, 1970, 9-35
– I. Kalberer, Amden, 1978

Auteur(e): Silvio Bucher / PM